RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

Le décrochage scolaire et ses conséquences économiques

31 août 2016 Collégial et universitaire

Le document produit par le PRÉCA offre un portrait statistique, une revue des principaux enjeux liés au décrochage scolaire ainsi que des pistes d’actions.

Un feuillet de sensibilisation sur les conséquences économiques du décrochage scolaire a été rendu disponible sur les sites Internet du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ) et de Partenaires pour la réussite éducative en Chaudière-Appalaches (PRÉCA), l’organisation à l’origine de la publication.

Le décrochage scolaire : définition, causes et répercussions multiples

Le phénomène du décrochage est défini de diverses façons à travers le monde, incluant au Québec. C’est ce que lance le PRÉCA en introduction de feuillet de 16 pages. Il rappelle également que les causes et les répercussions sont, elles aussi, multiples. C’est d’ailleurs cet aspect que le portrait fait ressortir en exposant plus de détails.

Les disparités en statistiques

Le portrait statistique qu’offre le PRÉCA permet de constater que des variations existent sur plusieurs plans. On peut effectivement noter des différences en fonction :

  • des régions;
  • de l’âge;
  • du sexe;
  • du milieu socio-économique.

Les enjeux : de l’individu à la collectivité

Ce que le portrait offert dans ce document permet de constater, c’est que les problèmes qu’affronteront les individus qui quittent l’école sans avoir obtenu de diplôme se situent à plusieurs niveaux. Il y a d’abord le plan individuel, mais également le plan social et le plan économique.

Agir sur les déterminants de la persévérance scolaire

Le PRÉCA rappelle que c’est en se basant sur les déterminants de la persévérance scolaire que pourront être limitées les conséquences associées au décrochage scolaire. Les interventions favorisées touchent à la fois les facteurs personnels, familiaux, scolaires et sociaux qui peuvent influencer le développement des jeunes. On note au passage que différents acteurs doivent intervenir puisque tous ne sont pas en mesure d’intervenir avec la même efficacité en fonction d’un déterminant donné.

Des exemples d’action

En termes de pistes de solution, le PRÉCA met de l’avant trois exemples d’actions. Dans un premier temps, il est mentionné que plusieurs pistes d’action sont possibles en ce qui concerne la relation travail-études où les employeurs peuvent adopter des mesures favorisant la persévérance scolaire. Dans un deuxième temps, il est indiqué que les partenariats avec la communauté, lesquels peuvent mener à la création d’organisations ou de programmes soutenant les individus concernés peuvent être salutaires. Enfin, dans un troisième temps, le document rappelle que de multiples actions peuvent viser les parents des milieux défavorisés. On donne notamment l’exemple de la création d’ateliers d’éveil à la littératie destinés aux parents et à leurs enfants.

Les auteurs du document concluent en affirmant que les investissements récents en persévérance se sont avérés fructueux. Du coup, ils ont contribué à l’enrichissement de la société québécoise tant d’un point de vue social que culturel et économique.

 

Pour consulter le feuillet

Mots-clés: -

© 2020 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés