RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

La performance du Canada au chapitre de l’éducation postsecondaire : une comparaison internationale

15 septembre 2017 Universitaire

Le Conference Board du Canada vient de publier une mise à jour sur l’état des compétences et de l’éducation postsecondaire. On y compare la performance du Canada à celle de 15 pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Cette publication du Conference Board présente une mise à jour du rapport de 2014 qui comparait le Canada aux 15 pays membres de l’OCDE sur le plan des compétences et de l’éducation postsecondaire (EPS). Le rapport repose sur la mesure des indicateurs relatifs aux intrants, aux extrants ainsi qu’aux résultats.

Les auteurs du rapport font appel à une nomenclature commune pour décrire et comparer les systèmes soit la définition des niveaux 5 à 8 de l’EPS donnée par l’UNESCO dans La classification internationale type de l’éducation (CITE). Les données proviennent pour la majeure partie de l’OCDE.

Intrants

Les mesures des intrants permettent de faire ressortir les ressources et la participation à l’EPS. Les comparaisons et les évaluations montrent que les étudiants canadiens ont tendance à préférer les programmes collégiaux et de baccalauréat. Ainsi, ils ont moins tendance à s’inscrire à des programmes de maîtrise et de doctorat que leurs pairs des autres pays inclus dans la comparaison.

En ce qui concerne le prix de l’éducation, le rapport révèle que le coût de l’éducation au Canada est plus cher que dans la moyenne des pays de l’OCDE. Dans le même ordre d’idée, le Canada est parmi les pays consacrant le plus faible pourcentage des fonds publics aux bourses d’études. Toutefois, le Canada devance la majorité des pays lorsqu’il est question d’investissement en enseignement supérieur. Le fait que des sources privées et publiques soient mises à profit (comme c’est aussi le cas aux États-Unis) explique cette situation. Les frais de scolarité des établissements d’EPS canadiens sont
nettement supérieurs à ceux de la plupart des pays de comparaison, mais beaucoup moins élevés qu’au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Extrants

Le pourcentage de population ayant fait des études supérieures est plus élevé au Canada que la moyenne de l’OCDE, révèle le rapport. Les études collégiales et de baccalauréat ainsi que les politiques d’immigration favorisant l’accès aux études chez les immigrants expliquent en bonne partie ces résultats.

Il y a cependant des problèmes quant à la contribution économique des personnes instruites au milieu du travail, soutiennent les auteurs du rapport. Des investissements seraient nécessaires notamment dans la formation linguistique initiale des immigrants en français et en anglais.

Résultats

Sur le plan des résultats, le rapport indique que le Canada accuse un retard sur les pays de comparaison. La différence de revenu entre les diplômés du secondaire et des collèges ainsi que le taux de chômage moyen des diplômés de collèges sont soulignés.

Sur le plan positif, on note que le Canada se distingue dans le rendement de ses investissements (RI) privés en ce qui concerne le niveau d’instruction des femmes qui ont fait des études supérieures si on les compare à celles qui sont diplômées du secondaire. Au Canada, les femmes retirent des avantages appréciables de l’obtention d’un diplôme de l’EPS. Cet avantage est d’ailleurs plus marqué que chez les hommes.

Il demeure que le chômage est plus élevé chez les diplômés que chez le reste de la population. Des lacunes sur le plan des compétences ou des difficultés de transition professionnelle sont évoquées comme de possibles explications de cette situation.

Six recommandations

En se basant sur l’analyse et la comparaison des 42 indicateurs présentés dans le rapport, les auteurs ont décidé de formuler six recommandations « visant à rendre le système d’EPS canadien plus efficace et plus compétitif ».

  1. Améliorer le taux de persévérance
  2. Augmenter le nombre de titulaires de diplômes des cycles supérieurs en recherche
  3. Mettre l’accent sur les compétences, pas seulement sur les diplômes
  4. Améliorer la formation en langues officielles des immigrants
  5. Accroître la communication entre l’industrie et les établissements d’EPS
  6. Améliorer l’information sur le marché du travail

 

*Il est à noter que le rapport est en anglais, mais qu’un résumé en langue française est offert.

 

Pour télécharger le rapport du Conference Board

 

Mots-clés:

© 2020 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés