RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

Évaluation de l’enseignement par les étudiants | Publication

17 septembre 2019 Collégial et universitaire

L’American Sociological Association et dix-sept autres associations professionnelles américaines ont récemment pris position sur l’utilisation des évaluations de l’enseignement par les étudiants comme principale mesure de l’efficacité de l’enseignement.

Dans un article paru dans Inside Higher Ed, la journaliste Colleen Flaherty fait état de plusieurs associations professionnelles qui se demandent ce que les évaluations de l’enseignement par les étudiants mesurent réellement. L’American Sociological Association (ASA) a ainsi déclaré que ces instruments de mesure constituent une méthode utilisée pour l’embauche, la titularisation, la promotion, le renouvellement des contrats et les augmentations au mérite des professeurs, principalement parce que ces instruments sont bon marché, faciles à mettre en œuvre et qu’ils fournissent un moyen simple de recueillir de l’information.

Des évaluations discriminatoires

Dans une récente déclaration, l’ASA cite des études selon lesquelles les évaluations par les étudiants sont faiblement liées à d’autres mesures de l’efficacité de l’enseignement, sont utilisées de façon problématique et peuvent être influencées par des facteurs comme le moment de la journée et la taille des classes.

De plus, des études montrent que ces évaluations sont biaisées à l’égard des femmes et des personnes de couleur. Elles désavantagent systématiquement les professeurs des groupes marginalisés.

L’ASA soutient que ces évaluations ne devraient pas être utilisées comme preuve de l’efficacité de l’enseignement, mais plutôt dans le cadre d’une évaluation globale du formateur qui comprend l’observation par les pairs, l’examen du matériel didactique et l’autoévaluation.

Image : Pixabay

Favoriser les rétroactions

Compte tenu des limites de ces évaluations, l’ASA encourage les établissements à utiliser les commentaires des étudiants sur l’enseignement plutôt que les notes attribuées à l’enseignant.

À titre d’exemple, l’Université d’Augsburg et à l’Université de Caroline du Nord ont renommé leurs instruments d’évaluation « sondages sur les cours universitaires » et « commentaires des étudiants sur l’enseignement » pour différencier les évaluations des commentaires.

Les établissements ne devraient pas utiliser les évaluations de l’enseignement par les étudiants pour « comparer les membres du corps professoral entre eux », mais plutôt pour documenter les tendances dans les rétroactions des étudiants à propos d’un enseignant au fil du temps.

Selon l’ASA, lorsque des évaluations impliquent des scores quantitatifs, elles devraient inclure les distributions, la taille des échantillons et les taux de réponse pour chaque question de l’instrument, afin de fournir un contexte d’interprétation.  Cela peut permettre, par exemple, de relativiser l’importance des questions ayant un faible taux de réponse.

Enfin, dans son article, Flaherty fait état des études de Philip Stark, professeur de statistique à l’Université de Californie à Berkeley, qui montrent que les évaluations peuvent certainement mesurer la « satisfaction » des étudiants, mais pas nécessairement l’efficacité de l’enseignement.

Consulter la déclaration officielle de l’American Sociological Association (ASA)

Consulter l’article Speaking Out Against Student Evals sur Inside Higher Ed

Mots-clés: - - -

© 2019 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés