RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

Connectés pour apprendre? Les élèves et les nouvelles technologies

1 octobre 2015 Collégial et universitaire

Une étude du Programme international de l’OCDE pour le suivi des acquis des élèves (PISA).

Dans les pays où il est plus courant pour les élèves d’utiliser Internet à l’école dans le cadre du travail scolaire, leur performance en compréhension de l’écrit a reculé entre 2000 et 2012, en moyenne.

Ces constats, tirés de l’analyse des données de l’enquête PISA, attestent qu’en dépit de l’omniprésence des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans notre vie quotidienne, ces dernières ne sont pas encore si largement répandues dans les cadres formels d’éducation. Néanmoins, lorsqu’elles sont utilisées en classe, leur incidence sur la performance des élèves est mitigée, dans le meilleur des cas. En effet, selon les résultats de l’enquête PISA, les pays qui ont consenti d’importants investissements dans les TIC dans le domaine de l’éducation n’ont enregistré aucune amélioration notable des résultats de leurs élèves en compréhension de l’écrit, en mathématiques et en sciences.

Comme le mettent en évidence ces résultats, les connexions entre élèves, nouvelles technologies et apprentissage ne sont ni simples ni données d’avance, et il reste encore à réaliser et exploiter pleinement les réelles contributions que les TIC sont susceptibles d’apporter à l’enseignement et l’apprentissage.

Mais tant que les ordinateurs et Internet continueront de jouer un rôle central dans nos vies, tant sur le plan personnel que professionnel, les élèves qui n’auront pas acquis les compétences de base en matière de lecture, d’écriture et de navigation dans les environnements numériques se trouveront dans l’incapacité de participer pleinement à la vie économique, sociale et culturelle du monde qui les entoure.

Parmi les messages très nuancés ressortant de l’analyse des données de l’enquête PISA, quelques observations clés se font jour.

  • Les compétences fondamentales requises dans les environnements numériques peuvent et doivent être enseignées. La lecture en ligne fait appel aux mêmes compétences que celle sur papier – auxquelles vient toutefois s’ajouter une capacité supplémentaire, et non des moindres : celle de de naviguer sur et entre des pages/écrans de texte, tout en discernant les sources pertinentes et dignes de confiance parmi un nombre d’informations en apparence infini.
  • Améliorer avant tout l’équité dans l’éducation. Pour réduire les inégalités dans la capacité à tirer profit des outils numériques, les pays doivent avant tout améliorer l’équité de leur système d’éducation par lequel l’acquisition par chaque enfant d’un niveau de compétences de base en compréhension de l’écrit et en mathématiques est bien plus susceptible d’améliorer l’égalité des chances dans notre monde numérique que l’élargissement ou la subvention de l’accès aux appareils et services de haute technologie.
  • Les enseignants, les parents et les élèves doivent être mis en garde contre les aspects potentiellement nuisibles de l’utilisation d’Internet. Les personnes en charge de l’éducation des apprenants « connectés » d’aujourd’hui sont confrontées à un certain nombre de problématiques nouvelles allant de l’excès d’informations au plagiat, et de la protection des enfants contre les risques d’Internet au choix d’un menu médias adapté et approprié.

Parmi tous les enseignants, ceux qui sont plus enclins et mieux préparés à la mise en œuvre de pratiques pédagogiques axées sur les élèves, telles que le travail en groupe, l’enseignement personnalisé et l’apprentissage par projet, sont plus susceptibles d’avoir recours aux ressources numériques, selon les déclarations des élèves.

Les TIC ne sont associées à une meilleure performance des élèves que dans certains contextes, par exemple lorsque les logiciels informatiques et la connexion Internet aident à accroître le temps d’étude et les possibilités de s’exercer. Une interprétation possible de ces résultats est qu’il faut du temps et des efforts aux professionnels de l’éducation pour apprendre à utiliser les nouvelles technologies à des fins pédagogiques tout en restant résolument centrés sur l’apprentissage des élèves. Parallèlement, les outils numériques peuvent aider les enseignants et les chefs d’établissement à échanger leurs idées et apprendre les uns des autres, transformant ainsi ce qui fut longtemps un problème individuel en un processus collaboratif.

Mots-clés: -

© 2020 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés