Le CAPRES devient l'Observatoire sur la réussite en enseignement supérieur (ORES).

Nous travaillons actuellement à la création d'une nouvelle plateforme qui présentera des contenus plus pertinents que jamais. Restez à l'affût: oresquebec.ca sera mis en ligne à l'hiver 2023!

RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

Les effets de la pandémie sur la fréquentation des collèges en Ontario | Publication

22 septembre 2022 Collégial et universitaire

Un récent rapport du Conseil ontarien de la qualité de l’enseignement supérieur (COQES) et d’OCAS montre que la pandémie a provoqué une hausse des demandes d’admission au collège chez les adultes.

En effet, selon ce rapport, des facteurs liés à la pandémie —  l’augmentation des temps libres, le chômage et une meilleure perception de l’enseignement à distance —ont accéléré la prise de décision des personnes âgées de plus de 25 ans à s’inscrire au collège.

Les conclusions de ce rapport se basent sur un sondage mené conjointement par le COQES et OCAS, une organisation à but non lucratif qui offre des technologies partagées et des services de demandes d’admission centralisés aux collèges publics de l’Ontario. Ce sondage portait sur l’expérience et les intentions des personnes candidates aux études collégiales. Les données récoltées ont été complétées par les données d’admission reçues par OCAS.

Une motivation à s’inscrire chez les plus de 25 ans

Les données d’admission d’OCAS montrent que depuis 2014, la part des personnes candidates de plus de 25 ans est en croissance. Or, cette tendance s’est accélérée durant la pandémie, passant de 32 %, en 2019, à 38 %, en 2020 et 2021.

Les données du sondage fournissent quelques pistes pour comprendre l’influence de la pandémie sur le processus de décision de ces étudiants et étudiantes :

Image : Canva

« Lorsqu’on leur a demandé si la pandémie avait influencé le temps consacré à la prise de décision pour postuler au collège, 10 % des répondants ont déclaré avoir postulé plus tôt que prévu. »

(COQES et OCAS, 2022, p.8)

Les raisons invoquées par la moitié de ces personnes concernent le chômage ou encore un accroissement de leur temps libre et de leur disponibilité.

Une meilleure perception de l’apprentissage en ligne

Le sondage visait également à savoir si la pandémie avait influencé le choix de programme et les préférences quant aux modalités d’enseignement et d’apprentissage. La majorité des répondants et répondantes ont indiqué que la pandémie n’avait pas influencé leur choix de programme d’études. En revanche, celles et ceux qui ont noté une influence de la pandémie sur leur motivation à s’inscrire ont relevé la flexibilité découlant de la pandémie comme facteur de décision.

Plus des trois quarts des apprenants et apprenantes de plus de 25 ans ont déclaré être plus réceptifs à l’apprentissage en ligne depuis la pandémie. De ce nombre, près de 70 % travaillaient à temps plein, ce qui laisse croire que ce type d’apprentissage a pu répondre à leur besoin :

« Les réponses au sondage sur l’expérience et les intentions des candidates et candidats d’OCAS suggèrent que la convergence des facteurs liés à la pandémie crée une possibilité pour les apprenants adultes d’accéder à des programmes collégiaux, accélérant ainsi la tendance ayant émergé avant la pandémie. [Ces constats] sont en adéquation avec ceux des recherches internationales et des rapports des médias de l’Ontario qui suggèrent que les apprenants adultes misent sur l’augmentation des temps de loisirs et la flexibilité de l’apprentissage en ligne pour accéder au postsecondaire » .

(Postelnyak, 2020; Pavia, 2021; Moore, 2021; Maxwell, 2022, cités dans COQES et OCAS, 2022, p.11)

Forts de ces constats, à l’heure où les restrictions liées à la pandémie sont progressivement levées, les deux organismes rappellent que les établissements et le corps enseignant devraient réfléchir aux meilleures modalités d’enseignement. Ceux-ci devront également reconnaître que leurs choix auront des effets variés sur différentes populations étudiantes.

« Lorsque la pandémie de COVID-19 a forcé la mise en place de l’apprentissage en ligne, elle a introduit de nouveaux obstacles et ouvert de nouvelles portes. Alors que nous prenons du recul sur le monde post-pandémie, au sein duquel l’apprentissage tout au long de la vie sera essentiel, nous devrions garder en tête les inégalités créées et soulignées par la pandémie. Nous devrions aussi tenir compte des progrès en matière d’accès à l’éducation permis par la pandémie et utiliser ces leçons pour que le système d’enseignement postsecondaire ne retourne pas au statu quo, mais continue plutôt à évoluer. »

(COQES et OCAS, 2022, p.13)

Référence

Pichette, J., Effah, H et Fritz, M. (2022). Possibilités d’enseignement à distance pour les apprenants adultes : analyse des données relatives aux demandes d’admission auprès des collèges de l’Ontario pendant la pandémie de COVID-19. Conseil ontarien de la qualité de l’enseignement supérieur et OCAS.

© 2022 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés