RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

Hybrider les parcours de formation | Publication

15 septembre 2022 Collégial et universitaire

Le professeur Didier Paquelin (Faculté des sciences de l’éducation, Université Laval) et la doctorante en technologie éducative Laurence Lachapelle-Bégin (Université Laval) proposent des repères aux établissements d’enseignement supérieur désireux d’hybrider les parcours de formation.

Ces pistes sont formulées dans le guide « Hybridation : principes et repères ». Ce dernier explique en quoi consiste l’hybridation et en propose une approche de mise en œuvre.

Qu’est-ce que l’hybridation ?

Paquelin et Lachapelle-Bégin définissent l’hybridation comme « une combinaison cohérente et fertile de plusieurs registres de pratiques d’enseignement et d’apprentissage » (p.9).

Plus qu’une mise à distance des cours, l’hybridation peut se déployer dans diverses dimensions liées à :

  • L’espace (physique vs numérique ; académique vs non-académique)
  • La temporalité (durée, rythme, synchronie)
  • La dynamique sociale (profils d’animation, profils des apprenant·es, accompagnement, activités individuelles vs collectives)
  • Les outils et ressources (fonctions, formats, académiques vs non-académiques)
  • La pédagogie (approche, conception, ancrage théorique, formules pédagogiques)
  • Les finalités (théorie vs pratique, formel vs informel)
  • L’évaluation (types et méthodes) (p.14-15)
Image : Canva

Pourquoi hybrider ?

La revue de la littérature effectuée par Paquelin et Lachapelle-Bégin montre qu’une hybridation bien réalisée a des effets bénéfiques sur l’apprentissage et la persévérance et qu’elle contribue à la réussite éducative.

L’équipe de recherche souligne quatre principaux constats liés à l’hybridation :

« – Les étudiant·es apprécient la flexibilité offerte par les cours hybrides.

– La conception pédagogique du cours et l’accompagnement doivent être efficaces et adaptés aux profils des apprenant·es, en tenant compte de facteurs de risque comme l’expérience en formation à distance et les antécédents scolaires.

– Les activités en ligne doivent être complémentaires aux activités en présentiel.

– Les interactions sont perçues comme très importantes par les étudiant·es et doivent être maximisées, en présentiel et à distance. Le temps passé en face à face est particulièrement prisé par ceux et celles qui éprouvent des difficultés scolaires. »

(Paquelin et Lachapelle-Bégin, 2022, p.19)

Comment hybrider ?

Paquelin et Lachapelle-Bégin expliquent que les établissements qui souhaitent implémenter l’hybridation doivent identifier les objectifs du projet d’hybridation, identifier les espaces d’hybridation possibles et spécifier les modalités pédagogiques du projet.

Ces modalités pédagogiques doivent tenir compte des profils des étudiants et viser à maximiser les interactions, l’engagement et la complémentarité entre les espaces physiques et numériques.

« Penser un design pédagogique en contexte d’hybridation suppose de développer une approche par les activités, lesquelles ont une instance spatiale physique et une instance spatiale numérique […]. L’espace numérique, lorsque la qualité des infrastructures le permet, assure la continuité informationnelle et communicationnelle de l’acte d’enseignement-apprentissage. Les services numériques académiques (exemple le LMS [Learning management system] ou ENA [environnement numérique d’apprentissage]) ou non-académiques (exemple les réseaux sociaux de la sphère privée) sont mobilisés selon des configurations singulières plus ou moins dépendantes du projet initial de design pédagogique du cours. »

(Paquelin et Lachapelle-Bégin, 2022, p.20)

Des outils pratiques pour hybrider

Outre les principes théoriques abordés dans la première partie du guide, les personnes désirant implanter des pratiques d’hybridation dans leurs établissements trouveront dans la seconde partie du guide plusieurs pistes d’actions et outils :

  • Une fiche d’opportunité pour évaluer la pertinence de l’initiative d’hybridation (p.39);
  • Des grilles d’autoévaluation du niveau d’hybridation (p.40);
  • Des fiches repères pour chacune des dimensions de l’hybridation (p.48);
  • Un lexique (p.79).

Référence

Paquelin, D. et Lachapelle-Bégin, L. (2022). Hybridation : principes et repères – Guide à l’intention des établissements d’enseignement supérieur. Université Laval.

Mots-clés: -

© 2022 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés