Le CAPRES devient l'Observatoire sur la réussite en enseignement supérieur (ORES).

Nous travaillons actuellement à la création d'une nouvelle plateforme qui présentera des contenus plus pertinents que jamais. Restez à l'affût: oresquebec.ca sera mis en ligne à l'hiver 2023!

RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

Des dispositifs d’aide à la réussite favorisant l’apprentissage du métier d’étudiant | Résultats de recherche

12 octobre 2022 Collégial et universitaire

Une équipe de recherche belge présente des dispositifs pédagogiques d’aide à la réussite qui ont contribué au développement professionnel d’enseignantes et d’enseignants d’un établissement d’enseignement supérieur en Belgique francophone.

Les chercheuses Aurélie Baudier et Emilie Wilmet, de la Haute École Francisco Ferrer, de même que Sylviane Bachy, de l’Université libre de Bruxelles, ont publié les résultats de leur analyse dans un article paru dans le plus récent numéro de la Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur.

Des activités créées par intelligence collective

Les chercheuses ont organisé des séances de travail en intelligence collective avec des membres du corps enseignant (n=16) afin de « les guider à réintroduire la notion du métier étudiant dans la classe » (paragraphe §1). Trois activités liées aux interactions sociales et au climat en classe ont été créées dans le cadre de ces séances de travail :

  • une journée d’accueil, afin d’échanger et d’informer les nouvelles personnes étudiantes des différents services dans un cadre convivial. La journée Welcome Party Ferrer contribue à enrichir un réseau favorable à leur réussite et à les inviter à s’engager dans leur métier d’étudiant (§22).
  • La semaine Starting blocus, qui est un moment de sensibilisation et de préparation aux examens, lors de laquelle des outils d’organisation de la gestion du temps sont distribués à la population étudiante.
  • Des blocus encadrés, offerts juste avant les examens, qui visent à offrir un environnement privilégié aux étudiantes et aux étudiants « pour les inciter à étudier, à gérer les différentes tâches pour les cours, à prendre soin d’eux en alternant des périodes d’études et des périodes de relâchement. » (§24).

En plus de ces dispositifs, des activités liées à la dimension émotionnelle des études ont été créées (§24) :

  • Atelier Gérer le stress et gérer les émotions (six séances)

Cet atelier vise à focaliser son attention sur l’expérience du moment présent. Les activités proposées sont : méditation sur le souffle, yoga, scan corporel, manger en conscience, marche consciente.

  • Atelier Les habitudes qui font réussir (une séance, donnée plusieurs fois)

Cet atelier vise à passer d’un état d’esprit fixe à un état d’esprit en développement. Il inclut des exercices pour passer de l’impuissance acquise à l’optimisme appris.

  • Atelier Changer ses habitudes, Booster sa motivation, Lutte contre la procrastination (deux séances, données plusieurs fois)

Cet atelier vise à changer ses habitudes de manière positive. Il inclut un questionnaire sur son niveau de la procrastination et sur sa gestion du temps, de même que des stratégies pour se mettre au travail et y rester.

Ce travail de co-construction réalisé en intelligence collective a donc permis de créer plusieurs dispositifs pour soutenir l’intégration institutionnelle des étudiantes et étudiants, tout en étant un lieu de développement professionnel du corps enseignant (§33).

Principaux constats

Les perceptions des personnes enseignantes

Un questionnaire de 14 questions ouvertes a également permis de récolter des informations sur les perceptions des personnes enseignantes qui ont participé aux réunions de travail.

Elles ont particulièrement apprécié pouvoir bénéficier d’un espace d’échanges pour rencontrer des collègues, instaurer de la cohésion dans l’équipe, se coordonner ou encore développer un sentiment d’appartenance. Les échanges ont été l’occasion d’apprendre davantage sur les autres et d’adopter une nouvelle posture face au métier d’étudiant (§59).

Selon les chercheuses, « ces retours sont extrêmement encourageants dans la mesure où les [personnes enseignantes] explicitent des changements ressentis sur leur perception du métier étudiant, sur des observations directes de changements d’attitude envers les [personnes apprenantes] mais aussi (et c’est fondamental) des adaptations pédagogiques. L’entrée dans la dynamique de l’accompagnement au métier étudiant serait vécue comme un incitant pour faire autrement » (§72).

Image : Pixabay

Les perceptions des personnes apprenantes

Les chercheuses ont également analysé les effets des dispositifs chez des étudiantes et les étudiants de première année (n=42), à l’aide d’un questionnaire en ligne comportant 39 questions. Plus précisément, elles voulaient savoir si ces activités leur permettaient de mieux s’engager dans leurs études.

Les personnes apprenantes ont déclaré que les activités proposées leur ont permis de persister dans leurs études (58 %) et de renforcer leur engagement dans le travail académique (52,6 %).

Selon les chercheuses, il faut tenir compte du fait que l’ensemble des activités et des dispositifs offerts ont donné l’impression aux personnes étudiantes que l’établissement se souciait d’elles et s’y sont senties pleinement accueillies (§83). Elles soutiennent d’ailleurs que les interactions leur ont permis de s’intégrer dans la mesure où elles avaient la possibilité de rencontrer des collègues des années antérieures (ibid.).

Une expérience à double impact

Un double impact se dégagerait de cette expérience : les personnes apprenantes s’engageraient davantage dans leurs études et les personnes enseignantes changeraient leur conception du métier d’étudiant, leur approche pédagogique et leur niveau d’interaction (Résumé).

Ces nouveaux dispositifs d’accompagnement aux apprentissages seraient donc de bons ingrédients pour favoriser l’engagement étudiant et pour aider les personnes enseignantes à penser différemment leurs rôles et responsabilités (§72).

Plusieurs composantes viennent soutenir cette analyse : une bonne participation générale aux dispositifs proposés, des retours relativement positifs sur les nouveaux ateliers de développement personnel, de changement d’état d’esprit et de bien-être (§84).

Enfin, les chercheuses supposent que les méthodes utilisées – se rapprochant d’une pédagogie active et participative – durant ces différentes activités seraient égalemement à l’origine de cette dynamique émotionnelle positive (§86).

Référence :

Baudier, A., Wilmet, E. et Bachy, S. (2022). Implication et développement professionnel des enseignants dans de nouveaux dispositifs pédagogiques favorisant l’apprentissage du métier d’étudiant. Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur, 38(2). DOI : https://doi.org/10.4000/ripes.4114

Mots-clés: -

© 2022 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés