RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Nunavik Sivunitsavut : se faire confiance en tant qu’Inuk

Format PDF

Le Collège John Abbott a une longue histoire de collaboration avec les Premiers Peuples, en particulier avec les Inuit[1]. Il travaille en partenariat avec la Commission scolaire Kativik depuis plus de vingt ans pour soutenir les étudiants inuit du Nunavik[2].

En 2015, quatre organismes régionaux du Nunavik – l’Administration régionale Kativik, la Société Makivik, la Commission scolaire Kativik et l’Institut culturel Avataq – ont demandé au Collège John Abbott de collaborer à la conception et à la prestation d’une éducation culturellement pertinente et sécurisée pour les jeunes du Nunavik (voir Notion-clé du présent dossier).

Nunavik Sivunitsavut signifie « Nunavik, notre avenir » en inuktitut. Ce parcours d’études postsecondaires est conçu pour préparer les jeunes du Nunavik au futur leadership politique et culturel de la région.

Le programme, d’une durée d’un an, est le premier programme postsecondaire inuit au Québec. Les cours crédités ont été élaborés dans le but de préparer les jeunes Inuit à poursuivre leurs études postsecondaires et à développer des compétences en milieu de travail pertinentes aux postes des établissements du Nunavik.

Depuis l’automne 2017, les jeunes étudient leur histoire, leur langue, leur culture et leurs revendications territoriales. Ils participent ainsi à l’inuguiniq, un processus d’éducation inuit qui vise le développement humain dans son intégralité et qui repose sur un engagement envers l’environnement et la communauté (Kativik, 2018).

La vision et les principes fondateurs

Le programme s’inspire d’un projet similaire à Ottawa mis en œuvre pour les jeunes du Nunavut, il y a plus de trente ans. En effet, Nunavut Sivuniksavut a formé plus de 500 étudiants inuit, dont nombreux occupent maintenant des postes clés dans leur communauté et contribuent à sa consolidation culturelle[3].

S’appuyant sur les forces de ce programme, Nunavik Sivunitsavut vise à refléter la réalité des Inuit et leur permettre de mieux comprendre d’où ils viennent et qui ils sont. Les jeunes ont ainsi l’occasion de comprendre le contexte culturel, socio-économique et politique actuel du Nunavik. Ce sont d’ailleurs les organisations régionales elles-mêmes qui ont élaboré la vision de ce qu’elles considèrent comme une éducation culturellement pertinente.

Source : Kativik Ilisarniliriniq (Commission scolaire Kativik) – YouTube

La vision de Nunavik Sivunitsavut consiste ultimement à favoriser l’isummaniq, soit l’autonomie des jeunes. Pour ce faire, quatre grands principes sont mobilisés :

  • l’engagement communautaire. Les étudiants de Nunavik Sivunitsavut font des recherches sur les organisations politiques et économiques du Nunavik dans le but de comprendre comment la région fonctionne dans le contexte du Québec, du Canada et du monde. Les étudiants conçoivent et réalisent également des projets d’innovation sociale qui contribueront directement au développement de leur communauté d’origine;
  • la confiance culturelle. Nunavik Sivunitsavut se concentre principalement sur le développement de la sensibilisation et de la pratique culturelles. Par exemple, le fait de venir vivre à Montréal donne aux jeunes la distance nécessaire pour réfléchir à ce que signifie être un Inuk du Nunavik. Ils ont ainsi l’occasion de s’engager et de pratiquer leur culture d’une manière nouvelle et profonde, de se faire confiance en tant qu’Inuk;
  • le perfectionnement scolaire. Les étudiants de Nunavik Sivunitsavut ont l’occasion de perfectionner leurs compétences scolaires et d’améliorer leur compréhension des études postsecondaires. De plus, bon nombre de ces compétences sont très en demande au Nunavik;
  • Imminik Illinianiq, c’est-à-dire apprendre à se connaître soi-même. Les étudiants de Nunavik Sivunitsavut apprennent à se connaître et à découvrir leur potentiel. Le Collège John Abbott et les organismes régionaux travaillent à créer une expérience collégiale qui agit comme un rite de passage pour les étudiants, des jeunes adultes qui contribuent pleinement à leur communauté.

Contrer l’isolement

Les jeunes Inuit qui souhaitent entreprendre des études collégiales rencontrent de nombreux obstacles et défis, notamment l’isolement et le choc culturel (voir l’Enjeu du présent dossier).

Nunavik Sivunitsavut vise à créer une atmosphère où les jeunes peuvent travailler ensemble pour atteindre leurs objectifs scolaires et acquérir une confiance en eux, grâce à un environnement sécurisé culturellement (voir Notion clé. La sécurisation culturelle, de quoi parle-t-on ?).

Si l’obtention d’un diplôme peut fait partie des objectifs des étudiants de Nunavik Sivuniksavut, la formation vise surtout à développer un sentiment de fierté chez les jeunes Nunavimmiut. À titre d’exemple, les cours d’éducation physique auront lieu au Nunavik sous la forme d’un séjour intensif de deux semaines en plein air. Ce cours vise à favoriser l’utilisation d’outils traditionnels afin de construire des abris, revalorisant ainsi les savoirs ancestraux.

En somme, Nunavik Sivunitsavut permet aux étudiants :

  • d’explorer leur identité inuit, ses liens avec les communautés du Nunavik et leur histoire collective;
  • d’obtenir des crédits qui comptent pour l’obtention d’un diplôme d’études collégiales futur;
  • de vivre une expérience urbaine positive et culturellement sécurisée à Montréal;
  • de développer les compétences recherchées par les employeurs du Nunavik;
  • de renforcer leur sentiment d’identité, de fierté et leurs compétences en leadership.

Cette page est une section du dossier CAPRES | Étudiants des Premiers Peuples en enseignement supérieur

Pour citer ce dossier: CAPRES (2018). Étudiants des Premiers Peuples en enseignement supérieur. En ligne : http://capres.ca/etudiants-des-premiers-peuples-en-enseignement-superieur-dossier-capres


[1] Le terme invariable Inuit est privilégié dans l’ensemble de ce dossier, sauf pour les références dont le titre d’origine a été conservé. Pour en savoir plus : Dorais, L.-J. (2004). « Rectitude politique ou rectitude linguistique? Comment orthographier “Inuit” en français », Études/Inuit/Studies, 28(1) : 155–159.

[2] Le Nunavik est le territoire de la population inuit du Québec, qui comprend environ 12 090 habitants. Il couvre les terres au nord du 55e parallèle au Québec, ce qui représente environ le tiers de la province. Les Nunavimmiut sont dispersés dans 14 villages sur les côtes de la baie d’Ungava, du détroit d’Hudson et de la baie d’Hudson.

[3] Pour en savoir davantage, un sondage auprès des diplômés a été réalisé : https://www.nunavutsivuniksavut.ca/2017-alumni-survey.

© 2020 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés