Le CAPRES devient l'Observatoire sur la réussite en enseignement supérieur (ORES).

Nous travaillons actuellement à la création d'une nouvelle plateforme qui présentera des contenus plus pertinents que jamais. Restez à l'affût: oresquebec.ca sera mis en ligne à l'hiver 2023!

RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Les Premiers Peuples au cœur des préoccupations à l’Université Laval | Pratique inspirante

Pour citer cette pratique inspirante : ORES (2023). Les Premiers Peuples au cœur des préoccupations à l’Université Laval. En ligne : https://www.capres.ca/dossiers/etudiants-des-premiers-peuples-en-enseignement-superieur-dossier-capres/les-premiers-peuples-au-coeur-des-preoccupations-a-luniversite-laval-pratique-inspirante/  

Dans la foulée de la Commission de vérité et réconciliation du Canada et de son rapport final rendu public en 2015 qui recommandait aux établissements d’enseignement supérieur d’intégrer les savoirs et les pratiques pédagogiques autochtones à leurs programmes, l’Université Laval a travaillé à se positionner comme alliée en ciblant de manière concertée les meilleurs moyens de mettre en œuvre la réconciliation à l’intérieur de son établissement.  

Ainsi, en 2018, le Comité de réflexion sur la réconciliation de l’Université Laval (CRRUL) a été créé dans le but d’envisager et de prioriser l’ensemble des moyens à mettre en place pour valoriser la formation des Autochtones aux études supérieures. 

Image : Dany Vachon et Université Laval

« Les membres du CRRUL sont rapidement parvenus à la conclusion qu’il serait plus judicieux de prioriser les actions permettant une plus grande persévérance et réussite scolaire chez les Autochtones. L’accent a donc été délibérément mis sur le développement d’un soutien accru aux Autochtones qui en ont le plus besoin ainsi que sur le développement de partenariats significatifs avec des nations et des organisations autochtones. »

(Plan d’action 2019-2022, En action avec les Premiers Peuples, Université Laval, p. 5) 

Un plan d’action 2019-2022 En action avec les Premiers Peuples a été mis en place et les principaux objectifs poursuivis sont les suivants : 

  • Valoriser les cultures et intégrer les savoirs et pratiques autochtones; 
  • Entretenir des partenariats solides et durables avec les Premières Nations et les Inuit; 
  • Développer la formation étant destinée aux Premiers Peuples dans une perspective de réconciliation; 
  • Être à l’écoute pour offrir un milieu qui répondra aux besoins des Premiers Peuples.

Deux axes centraux et deux principes fondamentaux 

De manière concrète, le plan d’action a deux axes centraux. D’une part, il cherche à créer différents lieux de partage et de rencontres par et pour les Premiers Peuples. D’autre part, il souhaite favoriser la recherche pour, par et avec les Premiers Peuples grâce à la création de différentes chaires et de différents centres interuniversitaires ou groupes de travail. 

La mise en œuvre de ce plan d’action est animée par deux principes fondamentaux, soit de s’assurer que des étudiantes et étudiants autochtones sont impliqués en amont et en aval dans tous les processus et projets, ainsi que d’avoir une sensibilité accrue à la diversité des nations qui composent les Premiers Peuples. La création du comité paritaire de mise en œuvre du plan d’action, composé d’autochtones et d’allochtones, permettra à l’Université Laval de s’assurer du suivi des objectifs qu’elle poursuit avec ses partenaires des Premiers Peuples. 

Le Cercle des Premiers Peuples : un lieu privilégié 

Un des lieux de partage et de rencontre qui a été privilégié dans le plan d’action du CRRUL est le Cercle des Premiers Peuples. En service depuis septembre 2022, le Cercle se veut un endroit physique qui offre une diversité de services et d’activités adaptés aux besoins spécifiques des personnes étudiantes autochtones, tels que la reconnaissance culturelle, l’intégration à Québec et à l’Université, l’aide aux devoirs, le soutien psychologique, la recherche de bourses ou le soutien administratif par une conseillère et un conseiller dédiés. Un comité d’étudiantes et d’étudiants issus des Premiers Peuples veillera à ce que l’aménagement demeure en phase avec les besoins de la communauté autochtone de l’Université Laval. 

Image : Annie Hervieux et Université Laval

Plusieurs autres projets sont en cours de développement pour bonifier les activités initiales du Cercle, par exemple : 

  • La mise en place d’un système de mentorat pour que les étudiantes et étudiants plus avancés dans leur parcours d’études puissent soutenir celles et ceux nouvellement arrivés;  
  • L’organisation d’une permanence d’aînées et d’aînés issus des différentes nations. 

« Il y a un fort engouement pour cette démarche de la part de plusieurs étudiantes et étudiants autochtones. Celles et ceux ayant déjà entamé le parcours nous le disent : si les actions avaient été mises en place au début de leur parcours, ils et elles auraient eu beaucoup plus de facilité à s’intégrer et la transition aurait été moins difficile. » 

Marie-Josée Dupuis, coordonnatrice aux affaires autochtones à l’Université Laval 

Vers une plus grande représentativité des Premiers Peuples au sein de l’Université 

Dans la mouvance, la structure de gouvernance de l’Université Laval a été modifiée pour intégrer des postes liés aux Premiers Peuples. Ainsi, une équipe dédiée aux Premiers Peuples a récemment été créée et est composée de sept personnes : 

  • Une conseillère principale à la réconciliation et à l’éducation des Premiers Peuples, la sénatrice Michèle Audette, qui est garante des orientations stratégiques; 
  • Un adjoint à la vice-rectrice aux études et aux affaires étudiantes; 
  • Une coordonnatrice aux affaires autochtones qui fait le lien avec les directions et les différentes facultés concernant les projets en rapport avec les Premiers Peuples; 
  • Une responsable des relations avec le milieu qui s’assure des collaborations avec les communautés et les organismes autochtones; 
  • Une coordonnatrice administrative qui est responsable de la coordination des projets liés au don de la Fondation Mastercard à travers son programme EleV
  • Une conseillère et un conseiller aux étudiantes et étudiants autochtones. 

Une future communauté de pratique : de la communauté à l’université 

Le passage de la communauté d’origine à l’université – une mobilité géographique souvent obligatoire pour poursuivre des études universitaires – peut représenter un déracinement pour la population étudiante des Premiers Peuples. Pour faciliter ce passage, l’équipe dédiée des Premiers Peuples a lancé, à l’automne 2022, une invitation à se rencontrer, à échanger et à collaborer aux personnes intervenantes de l’enseignement supérieur de toutes les communautés des Premiers Peuples. Afin de nourrir les grandes lignes de la collaboration, les étudiantes et étudiants de l’Université Laval étaient également invités. Déjà, cette première prise de contact donne des résultats puisque les liens tissés facilitent les échanges entre les différentes communautés et l’Université ainsi que le suivi des personnes étudiantes ayant vécu une mobilité pour les études. 

Image : Dany Vachon et Université Laval

Ultimement, pour l’équipe dédiée aux Premiers Peuples, l’idée est de créer une communauté de pratique permettant aux différentes personnes intervenantes en enseignement supérieur des communautés d’aborder des enjeux communs pour trouver des solutions partagées et coconstruites, et de s’entraider dans le développement entre communautés. 

« La première rencontre fut très fructueuse. Les participantes et participants ont jugé nécessaire de se rencontrer plus d’une fois par année pour échanger. Selon leurs dires, c’est la première fois que des rencontres du genre sont organisées. » 

Marie-Josée Dupuis, coordonnatrice aux affaires autochtones à l’Université Laval 

Des ententes-cadres pour favoriser les collaborations 

Dans les prochains mois (2022-2023), l’Université Laval a pour objectif de ratifier des ententes-cadres avec les différentes nations et différents organismes afin de garantir un partenariat coconstruit répondant aux réels besoins des communautés desquelles émergent les étudiantes et étudiants des Premiers Peuples.  

En plus d’établir les bases de partenariats égalitaires, ces ententes permettent également de formaliser les façons de répondre aux besoins de développement des communautés. À titre d’exemple, la communauté Uashat Mak Mani-Utenam située à Sept-Îles a évoqué le souhait de développer un programme de sport-études à son école secondaire. L’Université Laval a donc fait la mise en contact et libéré du temps pour qu’une ressource-experte du Rouge et Or, le programme de sport d’excellence universitaire de l’établissement d’enseignement, puisse appuyer le développement de ce programme dans la communauté. 

EleV : un programme pour soutenir et accompagner les jeunes Autochtones vers l’enseignement supérieur 

En janvier 2022, l’Université Laval et la Fondation Mastercard ont signé une entente de cinq ans et de 15 millions de dollars dans le cadre du programme EleV. Cette entente permet à l’Université Laval de concrétiser plusieurs volets de son plan d’action et ainsi former de plus en plus de leaders autochtones qui influenceront à leur tour les prochaines générations de leurs communautés.  

Le programme EleV contribue à ce que les systèmes d’éducation et d’emploi soient transformés sous l’impulsion des jeunes et des communautés autochtones pour refléter les modes de connaissance, d’être et d’apprentissage autochtones. L’objectif ultime est que les jeunes Autochtones puissent accéder à l’enseignement supérieur et vivre une transition harmonieuse et réussie vers la vie active et des emplois décents.  

(EleV, s. d., [Traduction libre])

Un milieu de vie adapté et culturellement sécuritaire 

Image : Annie Hervieux et Université Laval

Un autre projet phare du plan d’action est celui de la création d’un milieu de vie destiné aux étudiants et étudiantes autochtones et à leur famille. L’objectif de ce futur milieu de vie est d’améliorer et de faciliter l’accès aux études supérieures pour les communautés autochtones sur l’ensemble du territoire québécois. En plus de faciliter l’accès à des logements près de l’Université Laval, le milieu de vie offrira un environnement enrichissant et culturellement sécuritaire. 

« Au-delà du simple logement, la présence de membres des différentes nations dans des espaces communs où les familles et les enfants pourront se retrouver révèle toute l’importance accordée à la sécurisation culturelle, un élément essentiel de la réussite éducative. »  

(ULaval nouvelles, 2021) 

En 2021-2022, ce sont 400 étudiantes et étudiants des Premiers Peuples qui fréquentent l’Université Laval et qui représentent toutes les nations du Québec et même certaines nations d’ailleurs au Canada. 

L’Université Laval souhaite doubler le nombre d’étudiantes et étudiants des Premiers Peuples au cours des cinq prochaines années. 

« Des conditions optimales de soutien à la poursuite de leurs parcours, un environnement communautaire sain, enrichissant et culturellement sécurisant ainsi qu’un accompagnement par des personnes aînées durant leur cheminement universitaire, voici ce qui les attend à l’Université Laval. » 

Sophie D’Amours, rectrice de l’Université Laval, dans ULaval nouvelles, 2021 

La mise en œuvre du plan En action avec les Premiers Peuples étant à ses débuts, aucune évaluation formelle des retombées et impacts n’est encore disponible. Cependant, comme la communauté étudiante concernée est impliquée en amont et en aval, des commentaires sont recueillis à toutes les étapes des différentes actions, permettant ainsi une amélioration continue par, avec et pour les étudiantes et étudiants des Premiers Peuples. 

Cette pratique inspirante a été approuvée par Marie-Josée Dupuis, coordonnatrice aux affaires autochtones à l’Université Laval.

À noter : L’écriture de cette pratique inspirante s’appuie sur une rencontre virtuelle avec Marie-Josée Dupuis, coordonnatrice aux affaires autochtones à l’Université Laval. L’entrevue a été réalisée le 20 septembre 2022.   

Pour aller plus loin  

Association étudiante autochtone de l’Université Laval | Page Facebook 

Centre interuniversitaire d’études et de recherches autochtones (CIERA) (s. d.). 

Chaire de leadership en enseignement en foresterie autochtone (s. d.). 

Chaire de recherche du Canada en Patrimoine et tourisme autochtones (CPTA) (s. d.). 

Chaire de recherche du Canada sur la condition autochtone comparée (s. d.). 
Dessureault, M. (2022, 21 juin). Fiers étudiants autochtones [reportage vidéo]. ULaval nouvelles

EleV (s. d.). 

Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval (s. d.). Perspectives, savoirs et réalités des Premiers Peuples. Ressources pour la formation à l’enseignement

Groupe de travail des Premiers Peuples de l’Institut Nordique du Québec 
Sentinelle Nord (s. d.). 

ULaval nouvelles (2021, 8 novembre). Un nouveau milieu de vie pour les étudiantes et étudiants autochtones et leur famille

Université Laval (s. d.). Initiatives et réalisations. Premiers Peuples

Université Laval (2022, 5 janvier). Partenariat historique entre l’Université Laval et la Fondation Mastercard pour soutenir et accompagner les jeunes Autochtones

 

© 2023 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés