Le CAPRES devient l'Observatoire sur la réussite en enseignement supérieur (ORES).

Nous travaillons actuellement à la création d'une nouvelle plateforme qui présentera des contenus plus pertinents que jamais. Restez à l'affût: oresquebec.ca sera mis en ligne à l'hiver 2023!

RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Des milieux inclusifs, sécuritaires et sains pour la population étudiante LGBTQ2+ : une priorité pour l’Institut national de la recherche scientifique | Pratique inspirante

Pour citer ce dossier : CAPRES (2020). Diversité sexuelle et de genre en enseignement supérieur. En ligne : http://www.capres.ca/dossiers/diversite-de-genre

Pratique inspirante ajoutée en 2022

Image : INRS

Par l’entremise des différentes mesures, actions et politiques, l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) s’est investi dans la création de milieux inclusifs pour la population étudiante qui est de plus en plus diversifiée. Ses efforts collectifs visaient, entre autres, à favoriser la réussite. En effet, certaines populations étudiantes sont susceptibles de vivre davantage d’obstacles dans leur parcours universitaire. Par exemple, celles qui font partie des groupes sous-représentés (les femmes, les Autochtones, les minorités visibles, les minorités ethniques, les personnes handicapées), mais également les personnes de la diversité sexuelle et de genre (CAPRES, 2020).

« […] Malgré les efforts déployés ces dernières années pour que le milieu universitaire soit le plus accueillant et le plus inclusif possible pour les personnes LGBTQ2+, certains obstacles persistent. »

Philippe-Edwin Bélanger, directeur du Services des études et de la vie étudiante à l’INRS cité dans Gravel, 2022

Pallier ces obstacles à l’aide de démarches, d’actions et de politiques institutionnelles en matière d’équité, de diversité et d’inclusion peut contribuer à la réussite des personnes étudiantes des communautés LGBTQ2+.

« L’équité, la diversité et l’inclusion ne peuvent pas se définir seulement par les statistiques. Il faut également s’attarder à la question du climat, du bien-être, de la sécurisation culturelle […]. Pour tirer profit de la diversité, il importe d’utiliser des “leviers” associés à la diversité […], [à] l’application de politiques, [à] la création de milieux plus inclusifs, etc. »

Chaire pour les femmes en Sciences et en Génie au Québec, s.d.

Pour l’INRS, le maintien d’un milieu de vie et d’études où les personnes étudiantes de la diversité sexuelle et de genre peuvent être entièrement elles-mêmes constitue une responsabilité partagée entre la personne conseillère en équité, diversité et inclusion et le Service des études supérieures et de la réussite étudiante.

Connaître les enjeux et les réalités liés à la diversité de genre et de sexe

Différentes initiatives et collaborations ont été réalisées par l’INRS pour que la communauté universitaire puisse s’informer davantage sur les enjeux relatifs à la diversité de genre et de sexe. À cet effet :

Image : INRS
  • Une collaboration fructueuse a été réalisée avec le centre Interligne afin d’organiser des activités de sensibilisation sur la création de milieux inclusifs pour les personnes LGBTQ+;
  • Une table ronde, ouverte au public, sur les réalités de personnes LGBTQ+ œuvrant dans les domaines des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques a été animée par le professeur de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) Martin Blais, titulaire de la Chaire de recherche sur la diversité sexuelle et la pluralité des genres. Les panélistes, provenant de milieux académiques et entrepreneuriaux, ont échangé sur les bonnes pratiques pour la création d’espaces plus équitables et inclusifs dans les milieux scientifiques, dont les laboratoires et les établissements d’enseignement;
  • Tous les membres de la communauté de l’INRS sont invités à se familiariser avec le vocabulaire associé à la diversité sexuelle et de genre en consultant les lexiques de la Fondation Émergence et du centre Interligne, en accédant à la page Web de l’INRS « Milieux inclusifs »;
  • La « Boîte à outils sur l’équité, la diversité et l’inclusion » de l’INRS contient une fiche sur l’inclusion et l’exclusion des personnes LGBTQ en science, technologie, ingénierie et mathématiques de la Chaire de recherche sur l’homophobie de l’UQAM.

Reconnaître la diversité sexuelle et de genre et créer des milieux inclusifs

La reconnaissance de la diversité de genre et la création de milieux inclusifs demeurent une autre priorité institutionnelle pour l’INRS.

La reconnaissance de la diversité sexuelle et de genre en enseignement supérieur représente un levier pour soutenir la persévérance et la réussite de la population étudiante LGBTQ+.

(CAPRES, 2020)

La campagne de sensibilisation « À l’INRS, toutes les variables sont incluses » a été réalisée pour reconnaître la diversité sexuelle et de genre et exprimer l’engagement de l’établissement et de ses membres à créer un espace inclusif et sécuritaire à l’égard des gens qui s’y identifient.

Image : INRS

Cette campagne a débuté à l’occasion de la Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie (le 17 mai 2021) et s’est poursuivie jusqu’en 2022 sous différentes formes, activités et initiatives :    

  • La création de la page Web « Milieux inclusifs » qui offre un espace aux personnes de la diversité sexuelle et de genre;
  • Le lancement de la série balado de quatre épisodes « Les voix multiples » qui donnent la parole à différentes personnes LGBTQ2+ de la communauté de l’INRS :
    • Épisode no 1. Six voix, six parcours identitaires
    • Épisode no 2. L’expérience LGBTQ2+ en milieu universitaire
    • Épisode no 3. Que peuvent faire les universités?
    • Épisode no 4. Les alliées et les alliés font la différence

Ce projet avait plusieurs buts : sensibiliser le public aux enjeux liés à la diversité sexuelle et de genre à l’université, améliorer le climat d’inclusion sur le campus de l’INRS et alimenter la réflexion sur le rôle que les universités peuvent jouer auprès de cette population en devenant de plus en plus inclusives.

Les personnes ayant participé au balado ont témoigné de leurs parcours de vie ainsi que des défis qu’elles ont rencontrés. Elles ont également proposé des pistes sur les manières dont les milieux universitaires peuvent devenir des « alliés » et contribuer à leur épanouissement;

  • Des autocollants aux couleurs des communautés LGBTQ2+ ont été créés et distribués dans chaque centre de l’INRS afin de permettre au personnel et aux personnes étudiantes de témoigner de leur sensibilité et de leur ouverture à la diversité sexuelle et de genre en les apposant dans leurs locaux ou laboratoires.
Image : INRS

D’autres initiatives sont proposées par l’INRS à l’intention des membres de sa communauté afin de reconnaître la diversité sexuelle et créer des milieux inclusifs :

  • Souligner les évènements liés à la diversité sexuelle et de genre tels que le Mois de la Fierté (juin) et la Journée mondiale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie (17 mai);
  • Partager ses pronoms. L’INRS invite les membres de sa communauté à partager leurs pronoms dans leur signature électronique de façon à normaliser cette pratique et permettre aux personnes ayant des identités de genre et des expressions de genre diverses de ne pas se faire mégenrer (c’est-à-dire, assigner un genre qui n’est pas le leur).  Pour favoriser l’adoption de cette pratique, un modèle de signature électronique est proposé dans l’intranet;
  • Rédiger de manière inclusive. Élaboré par l’INRS, le document « Inclusivement vôtres! Guide de rédaction inclusive » permet d’outiller l’ensemble des membres de la communauté universitaire pour qu’ils adoptent une écriture la plus inclusive possible en évitant toutes les formes de discrimination. Il contient des principes généraux, des procédés de rédaction neutre et de féminisation pour la rédaction inclusive. Pour aller plus loin, un « Guide de communication inclusive » offert par l’Université du Québec est aussi mis à la disposition de la communauté de l’INRS comme outil à utiliser. La communication inclusive permet d’éviter d’alimenter les clichés, les préjugés et les stéréotypes hétéronormatifs et cisnormatifs.

Maintien d’un milieu sécuritaire et sain 

Il est important pour l’INRS de construire et maintenir des milieux inclusifs d’études pour la communauté LGBTQ2+ où chaque personne peut se sentir respectée et en toute sécurité.  

Image : INRS

Afin de préserver un milieu sécuritaire et sain pour toute la communauté de l’INRS, y compris celle des personnes de la diversité sexuelle et de genre, différentes mesures et activités ont été déployées :

En continuité avec toutes ces activités réalisées et les mesures institutionnelles mises en place à l’INRS, lors de la présente année universitaire 2022-2023, une table ronde a été planifiée sous la thématique : « Réalités et enjeux des personnes LGBTQ2+ en milieu universitaire ». Les personnes ayant participé à l’évènement ont été invitées à discuter sur des thèmes issus de la série balado « Les voix multiples », et ce, en vue d’alimenter la réflexion.

Pour citer ce dossier : CAPRES (2020). Diversité sexuelle et de genre en enseignement supérieur. En ligne : https://www.capres.ca/dossiers/diversite-de-genre/

Pour aller plus loin | Outils, sites webs, rapports, articles et références du dossier

Cette page est une section du dossier CAPRES | Diversité sexuelle et de genre en enseignement supérieur

© 2022 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés