RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

Les ruminations mentales (overthinking) : aider les étudiant·e·s à diminuer les pensées répétitives | Outil

2 décembre 2020 Collégial et universitaire

Le chercheur en psychologie de l’Université d’Exeter (Angleterre), Ed Watkins, a développé un outil en ligne pour lutter contre l’inquiétude et la sur-réflexion (overthinking) basé sur l’approche cognitivo-comportementale.

L’efficacité de la thérapie cognitivo-comportementale axée sur la rumination (TCCR) a d’abord été montrée dans une première étude clinique auprès de jeunes de 15 à 24 ans se disant « très inquiets ». La TCCR en ligne a réduit de moitié l’apparition de la dépression clinique et du trouble d’anxiété généralisée au cours de l’année suivante.

Dans une seconde étude menée auprès d’étudiant·e·s universitaires britanniques de premier cycle, la TCCR en ligne a réduit l’apparition d’une dépression majeure de plus de 50 % au cours des 15 mois suivants chez les étudiant·e·s les plus anxieux·es.

La TCCR aiderait notamment les personnes à passer des pensées répétitives non constructives à un style concret et orienté vers l’action.

Qu’est-ce que la pensée répétitive et la rumination ?

La pensée répétitive est un mécanisme impliqué dans l’apparition et le maintien de la dépression et de l’anxiété. Celle portant sur l’avenir peut être conceptualisée comme une « inquiétude » et celle portant sur le passé comme une « rumination ».

La pensée répétitive peut être un facteur de maintien des symptômes anxieux et dépressifs. La thérapie cognitivo-comportementale axée sur la rumination, telle que décrite dans l’ouvrage du chercheur Ed Watkins intitulé Rumination-focused cognitive-behavioral therapy for depression (Guilford Publications, 2016), comprend les éléments suivants :

Image par Gordon Johnson de Pixabay 

  • l’utilisation de journaux intimes pour noter la rumination et l’évitement ;
  • une analyse pour examiner le contexte et la fonction de la rumination et de l’évitement ;
  • des expériences comportementales pour examiner l’effet de différents modes de pensée (pourquoi et comment) ;
  • l’activation comportementale ;
  • l’accent mis sur les valeurs de la personne ;
  • la prévention des rechutes.

Contexte de la pandémie

Selon Walkins, le fait de s’inquiéter et de trop réfléchir est un facteur de risque des troubles de santé mentale. L’inquiétude est également susceptible d’être élevée en raison des incertitudes découlant de la COVID-19.

Selon le chercheur, il est possible de faire passer les gens d’une inquiétude inutile à des techniques de résolution de problèmes plus utiles. Ces techniques ont été intégrées dans l’outil en ligne de l’Université Exeter.

Objectif et contenu de l’outil

L’objectif de la TCCR est que la personne apprenne à connaître les schémas de son inquiétude, de sa rumination et de ses pensées excessives et qu’elle trouve des moyens d’y faire face. Elle apprend donc à connaître les signes avant-coureurs de l’inquiétude et de la rumination, ainsi que les comportements utiles pour les déjouer, et à passer d’une pensée inutile à une pensée utile lorsqu’elle est confrontée à des difficultés.

Les six séances que comprennent l’outil pourront être offertes par les services de bien-être psychologique des établissements britanniques d’enseignement supérieur. Elles comprennent une éducation psychologique sur le thème de la pensée répétitive, des questionnaires pour aider la personne à réfléchir sur les questions soulevées, des capsules vidéo et des exercices audio pour pratiquer la relaxation, l’auto-compassion et l’entrée concrète dans l’action.

Consulter le site du SMART Lab (Study of Maladaptive to Adaptive Repetitive Thought) de l’Université Exeter

Consulter le site de Psychology Tools

Mots-clés: - - -

© 2021 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés