RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

Isolement des étudiants | Publication

4 novembre 2019 N/A

Un récent article publié dans le magazine canadien MacLean’s montre que l’expérience universitaire est souvent marquée par l’isolement.

Dans l’article Students are lonelier than ever, la journaliste Mariyam Khaja réfère à un sondage mené en 2016 dans des universités canadiennes qui révèle que près de 70 % des étudiants se sentent seuls tout au long de l’année scolaire. L’isolement est une réalité bien présente sur les campus postsecondaires.

Khaja montre également que le marketing des universités se fonde sur une expérience étudiante riche de contacts sociaux. Il est en effet fréquent de de voir sur les sites web des établissements des étudiants qui rient ensemble, étudient en groupe et mangent avec leurs pairs. La vie étudiante serait ainsi représentée, dans l’imaginaire collectif, comme une expérience de création de liens sociaux.

Exemple d’image représentant des étudiants sur un campus (Pixabay)

Or, Khaja montre que pour plusieurs étudiants, notamment pour les étudiants internationaux, entreprendre des études postsecondaires signifie aussi laisser derrière des systèmes de soutien précieux – des amis, la famille et, parfois, des communautés entières. 

Certains étudiants peuvent passer des journées entières sans discuter avec d’autres personnes. Les cours, l’épicerie, les travaux, les loisirs, les temps de repas sont ainsi marqués par la solitude.

En plus de s’adapter à un nouvel environnement, les étudiants internationaux doivent créer de nouveaux liens avec des personnes de cultures souvent différentes.

Interviewé dans l’article, le psychologue clinicien Ashwin Mehra soutient que l’isolement porte un stigmate qui, dans un monde en ligne, est difficile à fuir : des images de gens entourés et heureux sont omniprésentes sur les réseaux sociaux.

Selon le Dr Mehra, bien que des services de soutien en santé mentale existent sur les campus, ce sont les « vulnérabilités reconnaissables » comme la dépression ou l’anxiété qui sont visées, mais rarement l’isolement en tant que phénomène social.

Des espaces de vulnérabilités

Certains étudiants se tournent vers des sources anonymes pour exprimer leur solitude. La graphiste torontoise Marissa Korda dirige The Loneliness Project, une bibliothèque en ligne d’histoires de solitude. Sur les quelques 2000 soumissions reçues à ce jour, l’artiste indique que les histoires d’isolement sur les campus sont récurrentes.

Si les étudiants doivent faire des efforts pour briser le cercle vicieux de l’isolement, les établissements postsecondaires devraient en faire davantage de leur côté. Il peut s’agir, par exemple, d’inviter des étudiants plus âgés à partager leurs expériences personnelles de solitude. Le Dr Mehra soutient également que les étudiants ont besoin d’espaces où il est possible de partager leurs vulnérabilités et d’accéder aux ressources appropriées pour obtenir de l’aide.

Consulter l’article Students are lonelier than ever (MacLeans) de Mariyam Khaja

Consulter The Loneliness Project

Mots-clés:

© 2019 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés