RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

Transition vers le marché du travail des étudiants internationaux | Résultats

25 novembre 2019 Collégial et universitaire

La Direction des études analytiques de Statistique Canada a récemment fait paraître un document portant sur l’expérience d’études postsecondaires et les premiers résultats sur le marché du travail des titulaires de permis d’études internationaux.

Le document de recherche, rédigé par Marc Frenette, Yuqian Lu et Winnie Chan, a pour but de décrire l’expérience d’études postsecondaires et les premiers résultats sur le marché du travail des titulaires de permis d’études. Cinq questions n’ayant jamais obtenu de réponse auparavant sont examinées :

  • Quelle proportion de titulaires de permis d’études postsecondaires valides s’inscrivent à des programmes d’enseignement postsecondaire?
  • Quelles sont les caractéristiques relatives aux études des étudiants internationaux au sein du système d’enseignement postsecondaire?
  • Quels sont les taux d’obtention du diplôme des étudiants internationaux?
  • Quel pourcentage d’étudiants internationaux combinent le travail et leurs études postsecondaires?
  • Quelle est la proportion d’étudiants internationaux ayant obtenu leur diplôme qui restent et travaillent au Canada et quel est leur revenu?

Inscription à l’enseignement postsecondaire

L’étude a permis de déterminer que près de 70 % des titulaires de permis d’études postsecondaires se sont effectivement inscrits à des programmes d’enseignement postsecondaire en 2015, en hausse par rapport à 51,8 % en 2009.

De 2009 à 2015, le nombre d’étudiants internationaux inscrits à un programme d’enseignement postsecondaire a presque doublé, ce qui a donné lieu à une hausse importante de la proportion d’étudiants inscrits à un programme d’enseignement postsecondaire qui étaient des étudiants internationaux (passant de 6,6 % en 2009 à 11,3 % en 2015).

Caractéristiques de leurs études

Les étudiants internationaux inscrits à des programmes de diplôme d’études universitaires de premier cycle (baccalauréat) représentent environ la moitié de cette hausse. Même si une plus petite proportion d’étudiants internationaux se sont inscrits à des programmes menant à un diplôme d’un collège, ce groupe est celui ayant augmenté le plus rapidement, représentant 19,8 % des étudiants internationaux en 2015, comparativement à 12 % en 2009.

En général, les étudiants internationaux étaient plus susceptibles d’être inscrits à des programmes d’études supérieures (maîtrise et doctorat) et dans des domaines mieux rémunérés que les étudiants canadiens.

Image : Pixabay

Les étudiants internationaux étaient plus susceptibles que les étudiants canadiens de s’inscrire à des études à temps plein. Tandis que 90,7 % des étudiants internationaux étaient inscrits à des études à temps plein en 2015, ce chiffre n’était que de 82,5 % pour les résidents permanents et de 85,2 % pour les citoyens canadiens.

En 2015, les étudiants internationaux étaient beaucoup plus susceptibles que les citoyens canadiens d’être inscrits dans les domaines d’études suivants : commerce, gestion et administration publique, mathématiques, informatique et sciences de l’information, architecture, génie et technologies connexes, et agriculture, ressources naturelles et conservation. Ils étaient moins susceptibles d’être inscrits dans les domaines d’études suivants : éducation, arts visuels et d’interprétation, technologie des communications, sciences sociales et du comportement, droit, santé et domaines connexes.

Taux d’obtention du diplôme

L’étude a également permis de découvrir que les taux d’obtention du diplôme après cinq ans de certains programmes d’enseignement postsecondaire étaient généralement plus élevés chez les étudiants internationaux (63,9 %) que chez les citoyens canadiens (58,6 %) et les résidents permanents (57,0 %).  L’écart entre les taux d’obtention du diplôme était plus prononcé chez les étudiants inscrits au doctorat.

Études et travail

En 2015, 85,9 % des citoyens canadiens qui étaient inscrits à des programmes d’enseignement postsecondaire ont combiné les études et le travail, par rapport à 73,6 % des résidents permanents et à 49,3 % des étudiants internationaux. Chez les étudiants inscrits au doctorat, l’écart entre les étudiants internationaux et les étudiants canadiens était moins grand.

Étudiants internationaux avec diplôme qui travaillent au Canada

Parmi les diplômés de la cohorte de 2010 qui ont occupé un emploi toutes les années, de 2011 à 2016, le revenu des anciens étudiants internationaux était un peu plus élevé que celui des étudiants qui étaient citoyens canadiens (et un peu moins élevé que celui des résidents permanents). Cependant, les étudiants internationaux avaient en général plus de caractéristiques liées à une rémunération plus élevée que les étudiants canadiens.

Lorsque l’on a comparé les étudiants internationaux et les étudiants canadiens ayant des données démographiques, des titres scolaires et une expérience de travail avant l’obtention du diplôme similaires, il a été démontré que le revenu des étudiants internationaux était moins élevé que celui des étudiants canadiens six ans après l’obtention du diplôme

Source : Frenette, M. Lu, Y. et W. Chan (2019). L’expérience d’études postsecondaires et les premiers résultats sur le marché du travail des titulaires de permis d’études internationaux. Division de l’analyse sociale et de la modélisation, Statistique Canada. ISBN 978-0-660-32545-3

Mots-clés: - -

© 2019 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés