RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

Réussite des étudiants internationaux | Résultats

22 septembre 2020 Universitaire

Selon une récente étude de Statistique Canada, les étudiants internationaux inscrits à un programme de maîtrise sont plus susceptibles d’obtenir leur diplôme en deux ans que la population étudiante « locale ».

Cette analyse des tendances observées dans les études postsecondaires au Canada avant la pandémie se fonde sur des données de la Plateforme longitudinale entre l’éducation et le marché du travail, qui portent sur le parcours des étudiants internationaux inscrits dans les programmes menant à une maîtrise.

Ces données, recueillies sur une période de six ans (de 2011-2012 à 2017-2018), permettent d’examiner le temps nécessaire pour terminer un programme d’études, de même que les taux de diplomation.

Principaux résultats

1. Hausse des inscriptions à la maîtrise

De 2011 à 2016, le nombre d’étudiants internationaux inscrits à un programme de maîtrise a progressé quatre fois plus rapidement que celui des nouveaux étudiants canadiens inscrits (51 %, comparativement à 11 %).

Bien que la proportion de femmes inscrites dans les universités canadiennes augmente depuis quelques années, les étudiants internationaux de sexe masculin sont les plus susceptibles de s’inscrire à un programme de maîtrise.

2. Diplômés plus rapidement

Les étudiants internationaux étaient plus susceptibles que les étudiants canadiens d’obtenir leur diplôme en deux ans.

En effet, près des deux tiers des étudiants internationaux (65 %) ayant commencé un programme de maîtrise en 2013 ont obtenu leur diplôme en deux ans, comparativement à 58 % des étudiants canadiens.

Les taux de diplomation plus élevés des étudiants internationaux peuvent être attribuables à divers facteurs, comme les titres scolaires ou le début ou l’achèvement de programmes préuniversitaires à l’extérieur du Canada avant l’inscription dans une université canadienne.

Les étudiants internationaux des cycles supérieurs étaient peut-être aussi plus motivés à terminer leurs études en moins de temps en raison des frais de scolarité plus élevés, du coût de la vie loin de leur domicile et des modalités de leurs permis d’études. 

Les étudiants « locaux » prendraient aussi plus de temps à compléter leurs études parce qu’ils sont plus susceptibles de combiner le travail et les études, et ainsi étudier à temps partiel au niveau de la maîtrise.

Consulter l’article complet de Statistique Canada

Mots-clés: - - -

© 2020 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés