Le CAPRES devient l'Observatoire sur la réussite en enseignement supérieur (ORES).

Nous travaillons actuellement à la création d'une nouvelle plateforme qui présentera des contenus plus pertinents que jamais. Restez à l'affût: oresquebec.ca sera mis en ligne à l'hiver 2023!

RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

La diplomation universitaire des immigrants: des différences régionales et générationnelles

19 novembre 2015 Universitaire

Statistique Canada a publié un article qui traite, entre autres, des différences régionales dans les taux de diplomation au niveau universitaire parmi les jeunes immigrants qui sont arrivés au Canada avant l’âge de 15 ans.  Des comparaisons  y sont faites avec les enfants des personnes nées au Canada (Canadiens de troisième génération ou plus).

L’article Les différences régionales dans les résultats scolaires des jeunes immigrants examine les différences régionales entre diverses mesures du niveau de scolarité parmi les personnes qui ont immigré pendant l’enfance (avant l’âge de 15 ans), sur la base des données de l’Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011.

On y apprend que:

  • Les enfants d’immigrants dépassent généralement les enfants de parents nés au Canada en ce qui a trait au niveau de scolarité.
  • Dans toutes les provinces et régions, ainsi qu’au Canada dans l’ensemble, les immigrants ont des taux de diplomation universitaire plus élevés que les Canadiens de troisième génération ou plus.
  • Les résultats sont caractérisés par des écarts régionaux importants. Par exemple, les étudiants immigrants du Québec tirent de l’arrière par rapport à leurs homologues des autres provinces en ce qui a trait à leurs taux de diplomation universitaire (25 à 29 ans).
  • Certains de ces écarts régionaux peuvent être attribuables aux caractéristiques personnelles (sur les plans socioéconomique et ethnoculturel) des individus.
  • Parmi ces caractéristiques figure la région d’origine des immigrants, qui peut être prise en compte. Comme par exemple, le Québec qui reçoit davantage d’immigrants issus de la francophonie que les autres provinces canadiennes.
  • Il n’est cependant pas clair dans quelle mesure l’effet de la composition de la région d’origine rend compte des différences dans le statut socioéconomique de la famille et dans les motivations individuelles.

Des tableaux présentant des données régionales figurent dans l’article qui compte 13 pages.

On peut aussi consulter le communiqué qui résume cet article.

Mots-clés: -

© 2023 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés