RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

Pratiques éducatives inspirantes et Premiers Peuples | Publication

12 mai 2021 Collégial et universitaire

L’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF) présente le récent numéro de la revue scientifique virtuelle Éducation et francophonie, intitulé « Vers l’autochtonisation : pratiques éducatives inspirantes à l’ère de la réconciliation ».

Logo de la revue Éducation et francophonie tiré du site web de l’ACELF

Dans leur article liminaire, les trois coordonnateur·trices du numéro – Constance Lavoie de l’Université de Sherbrooke, Natasha Blanchet-Cohen de l’Université Concordia et Marco Bacon, consultant en relations autochtones et membre de la commission sectorielle Éducation de la Commission canadienne pour l’UNESCO – présentent onze articles scientifiques ayant comme fil d’Ariane l’autochtonisation des pratiques éducatives et la réconciliation.

Des termes comme la sécurisation culturelle et l’autochtonisation sont définis et valorisés dans ce numéro. Cela dit, si la plupart des auteur·trices approfondissent ces concepts, chacun·e se les approprie selon son propre cheminement et sa vision de l’éducation.

Quelques repères historiques

Page couverture de la DNUDPA sur le site web des Nations Unies

D’emblée, les auteur·trices présentent quelques repères historiques qui ont jalonné l’« émancipation de l’éducation autochtone au Canada », soit :

« Les peuples autochtones ont le droit d’établir et de contrôler leurs propres systèmes et établissements scolaires où l’enseignement est donné dans leur propre langue, d’une manière adaptée à leurs méthodes culturelles d’enseignement et d’apprentissage. »

ONU (2007), Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones, art. 14.1., cité dans « Liminaire », Vers l’autochtonisation : pratiques éducatives inspirantes à l’ère de la réconciliation, Éducation et francophonie, 2021, p. 2

Cinq articles retiennent l’attention du CAPRES

La troisième partie du numéro thématique a retenu l’attention de l’équipe du CAPRES parce qu’elle traite des formations postsecondaires.

Identité métisse et francophonie

Corédigé par la professeure Laura Sims (Université Saint-Bonifice, Winnipeg) et six de ses étudiant·es métis·ses (Roxane Gagné, Adrien Carrière, Amy Vandal, Camille Brémault, Stéphane Grégoire et Anna Fowler), l’article T’es Métis toi?! Des réflexions d’étudiantes et d’étudiants Franco-Manitobains Métis à propos de leur identité culturelle, de la réconciliation et de l’éducation est le fruit d’une discussion collective et d’autoréflexions.

L’article tente de cerner les enjeux inhérents au fait de s’affirmer comme étudiant·es métis·ses francophones dans une faculté d’éducation, en contexte minoritaire francophone. Ils et elles se demandent si les approches pédagogiques de l’Université Saint-Boniface, notamment le cours « Perspectives autochtones en contexte scolaire », contribuent à leur cheminement éducatif et identitaire en tant que métis·ses. Les auteur·trices souhaitent que l’Université assume un leadership sur la voie de la réconciliation et que les étudiant·es métis·ses se mobilisent et s’engagent au sein de leur établissement.

Autochtonisation d’un programme en ligne

Dans son article Réflexions portant sur une expérience d’adaptation d’un programme en gestion de l’éducation en contexte autochtone offert en ligne, la chercheuse Émilie Deschênes de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue aborde les défis de l’adaptation de ce programme de formation universitaire. S’appuyant sur des concepts de sécurisation culturelle, de respect mutuel et d’autochtonisation des pratiques pédagogiques, l’autrice soutient qu’un partenariat constant avec des ressources autochtones et le développement de compétences interculturelles chez les différent·es intervenant·es sont essentiels à une adaptation réussie du programme.

Image : Pixabay

La formule infopédagogique

Dans leur article Un concept infopédagogique innovant pour soutenir la motivation des étudiantes autochtones dans leurs études universitaires, la designer pédagogique Johanne Rocheleau et la professeure Ève Pouliot de l’Université du Québec à Chicoutimi abordent l’utilisation du concept d’infopédagogie au sein d’un programme universitaire de formation à distance en relation d’aide.

Cette approche pédagogique prend la forme d’une télésérie virtuelle invitant les étudiant·es à s’impliquer dans la trame narrative proposée et à incarner des personnages types.

L’infopédagogie rejoint ce qu’elles nomment le « modèle holistique de l’apprentissage des Autochtones ». Elle permet de stimuler la motivation de cet auditoire, assurant ainsi sa rétention, sa persévérance et sa réussite scolaire.

L’exercice des couvertures

Dans son article L’exercice des couvertures comme outil pédagogique pour mieux conscientiser les futur·es intervenant·es en travail social aux réalités autochtones, Marie-Émilie Lacroix, chargée de cours à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), analyse l’exercice des couvertures comme une expérience pédagogique permettant d’expérimenter l’histoire telle que racontée et vécue par les Premiers Peuples. Au terme de cet exercice, clos par un « cercle de partage », une compréhension des injustices sociales vécues par les Premiers Peuples prend forme dans l’esprit des participant·es. Son article révèle que cet outil pédagogique d’autochtonisation contribue à sensibiliser les futur·es intervenant·es sociaux·les « aux blessures historiques » ressenties par les Premiers Peuples.

Pédagogie de la réconciliation et langues autochtones

Enfin, dans son article Reconjuguer nos langues dans la pédagogie de la réconciliation au collégial?, la conseillère pédagogie Julie Vaudrin-Charrette (Université d’Ottawa) se questionne : qu’est-ce la pédagogie de la réconciliation? Comment arrimer cette pédagogie dans l’absence ou la présence des langues autochtones au collégial? L’autrice répond à ses questions en sondant les « tensions entre le monolinguisme ambiant et la sécurisation culturelle des apprenant·es autochtones au collégial ». Cet article de réflexions intéressera les formateur·trices au collégial qui se questionnent sur leur rôle dans la pédagogie de la réconciliation.

Référence : Lavoie, C., Blanchet-Cohen, N. et Bacon M. (dir.) (2021). Vers l’autochtonisation : pratiques éducatives inspirantes à l’ère de la réconciliation. Éducation et francophonie, 49(1), 279 p.

Mots-clés: -

© 2021 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés