RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

Une recherche fait la lumière sur les salaires des diplômés universitaires

26 novembre 2014 Universitaire

Communiqué – Université d’Ottawa

« Le mythe qu’un diplôme universitaire ne soit plus aussi valable qu’auparavant est ébranlé par de récentes études réalisées dans le cadre de l’Initiative de recherche sur les politiques de l’éducation de l’Université d’Ottawa. Cette recherche, reposant sur une méthode inédite, révèle des tendances claires et positives sur les salaires des diplômés de l’Université d’Ottawa de 1998 à 2011 dans le cadre de l’Initiative de recherche sur les politiques de l’éducation de l’Université d’Ottawa.

« Même si les salaires en début de carrière des diplômés étaient relativement modestes, la croissance de leurs gains avec le temps a été indéniable dans presque tous les domaines d’études », a déclaré Ross Finnie, auteur principal de l’étude et directeur de l’Initiative.

Les chercheurs ont mis au jour les faits intéressants suivants :

  • Les diplômés en sciences sociales ont touché un salaire moyen de quelque 40 000 $ dès la fin de leurs études, qui a doublé sur une période de 13 ans pour s’établir à environ 80 000 $.
  • Les salaires de départ des diplômés en sciences humaines étaient similaires à ceux de leurs homologues des sciences sociales, mais n’ont pas augmenté tout à fait au même rythme au fil des années.
  • À l’opposé, les diplômés en sciences de la santé ont touché un salaire de départ plus élevé, mais leurs gains n’ont pas progressé aussi rapidement à la longue.
  • Généralement, les diplômés en mathématiques, en informatique et en génie ont gagné un salaire supérieur à celui des autres diplômés, mais leurs résultats au titre des gains ont fluctué beaucoup plus au cours de leur carrière.

Cette recherche présente une perspective inattendue et unique sur les résultats des diplômés grâce à une méthode novatrice employée pour comparer les données. En combinant les données administratives de l’Université d’Ottawa et les données sur l’impôt de Statistique Canada, les chercheurs ont suivi les résultats annuels des étudiants pour chaque cohorte distincte. Cette méthode n’avait jamais été utilisée auparavant.

« Cette méthode permet d’élargir la portée de la recherche sur les différents aspects des programmes d’études et de suivre leurs retombées tant sur le plan social qu’en matière d’emploi, entre autres, contrairement aux enquêtes actuelles qui donnent un instantané à un moment particulier », a précisé Don Drummond, réputé spécialiste canadien du marché du travail.

Cette recherche présente une nouvelle information utile aux jeunes pour prendre des décisions d’études éclairées ainsi qu’aux décideurs, aux employeurs et au grand public.

« Les résultats de la recherche montrent que nous pouvons maintenant élargir notre analyse afin d’inclure d’autres établissements postsecondaires canadiens et approfondir notre compréhension de l’incidence des caractéristiques spécifiques et des expériences scolaires des diplômés à leur sortie du système d’éducation », a conclu le professeur Finnie. »

Personne-ressource pour les médias:
Danika Gagnon
Agente des relations médias
Université d’Ottawa
(613) 562-5800 poste 2981
danika.gagnon@uOttawa.ca

Source(s)

Mots-clés: - -

© 2018 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés