RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

Intervenir et soutenir en contexte de diversité | Publication

17 octobre 2018 Collégial

L’équipe METISS, en collaboration avec l’UQAM, le CIUSSS Centre-Ouest-de-l’Ile-de-Montréal et le Collège de Rosemont, publient un guide d’intervention pour les conseillers et intervenants de première ligne du milieu collégial.

La diversité ethnoculturelle est une réalité dans plusieurs cégeps au Québec. Le nombre d’étudiants issus de l’immigration augmente, incluant les adultes en francisation et en formation continue, de même que les étudiants internationaux.

Pour relever ces multiples défis, l’équipe de recherche METISS  (Migration et ethnicité dans les interventions en santé et en services sociaux), en collaboration avec l’UQAM, le CIUSSS Centre-Ouest-de-l’Ile-de-Montréal et le Collège Rosemont, a récemment publié un guide dans le but d’outiller le personnel du réseau collégial.

Rédigé par Habib El-Hage, responsable du volet interculturel du Collège Rosemont, le document vise une meilleure compréhension des relations interculturelles et, surtout, à répondre adéquatement aux besoins des étudiants.

Différents statuts, différents obstacles

Le premier chapitre présente les aspects historiques de l’immigration et des relations interculturelles. L’auteur effectue un survol de l’évolution des politiques publiques et des lois liées à l’immigration au Canada et au Québec. Selon lui, il est important d’avoir une connaissance de base des différentes catégories d’immigration – résident, étudiant étranger, immigrant économique, etc. -, car les problématiques de chacune sont distinctes.

En effet, le fait de posséder la citoyenneté canadienne n’est pas nécessairement synonyme d’inclusion dans la société. Un immigrant de première génération ne rencontre pas les mêmes obstacles que celui de la deuxième génération. Les étudiants étrangers peuvent quant à eux se sentir plus isolés.

Modèles concrets d’intervention

Le deuxième chapitre présente d’abord les ressemblances et les différences entre les logiques multiculturaliste et interculturelle, en vue de comprendre les dessous de la tension entre ces deux modèles de gestion de la diversité.

Les facteurs facilitateurs et les freins à la communication interculturelle sont abordés afin d’aider l’intervenant à bien identifier les enjeux et les obstacles à l’intervention. Des méthodes et modèles d’intervention sont aussi présentés afin les guider dans leur processus d’aide au quotidien.

Selon l’auteur, instaurer de bonnes bases d’une intervention nécessite « de bien comprendre la situation, en faisant preuve d’empathie pour la personne qui fait la demande, en tenant compte de sa façon de voir la situation, en questionnant de façon appropriée, en reposant la question s’il y a ambiguïté ».

En aucun cas, l’intervenant ne doit faire des choix à la place de l’étudiant.

 

Problématiques en milieu collégial

Le troisième chapitre aborde des problématiques spécifiques à l’intervention en contexte de diversité. Ces situations sont liées de près ou de loin au trajet migratoire, à la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés, aux différents codes culturels ou à la menace identitaire vécue par les intervenants. Il s’agit, par exemple, des situations suivantes :

  • la radicalisation violente et le lien souvent effectué, à tort ou à raison, avec les jeunes issus de l’immigration ;
  • le sujet des accommodements raisonnables auxquels sont confrontés les intervenants psychosociaux en milieu collégial ;
  • les situations de violences conjugales en contexte de dépendance au parrainage ;
  • les incidents haineux ;
  • les violences basées sur l’honneur ;
  • le racisme et ses aspects spécifiques comme le profilage racial, l’islamophobie, l’antisémitisme ;
  • le contexte spécifique des personnes LGBT racisées ;
  • l’angoisse liée à la discrimination ;
  • la santé mentale et les aspects culturels ;
  • la pratique de la médiation interculturelle comme mode de sensibilisation et de règlement de différends.

La diversité ethnoculturelle soulève d’innombrables défis dans les cégeps. Un rapport de négociation et des ajustements continus entre les différents acteurs, directeurs, enseignants, intervenants, parents et étudiants, font partie des pratiques au quotidien.

L’action interculturelle vise en ce sens à élucider la complexité de l’environnement social et à réduire le rapport de domination par un dialogue et une communication positives, conditions nécessaires à toute intégration réussie.

Accéder à la présentation du guide sur le Portail du réseau collégial

Accéder directement au guide (PDF)

 

Mots-clés: - - - -

© 2018 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés