RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

Étudiants internationaux en région | Résultats de recherche

4 février 2019 Collégial

Dans le cadre de son mémoire de maîtrise à l’UQAR, Catherine St-Vincent Villeneuve a étudié le rôle des institutions, notamment des cégeps, dans l’intégration d’immigrants diplômés dans les villes de Gaspé et de Rimouski.

Son mémoire récemment publié porte plus spécifiquement sur les parcours de jeunes adultes venus de l’île de La Réunion (département d’outre-mer français) qui se sont installés à Rimouski et à Gaspé après avoir obtenu leur diplôme d’études collégiales dans ces deux villes. 

Contexte démographique

D’ici 2036, quatre régions – les plus à l’est du Québec – verront leur population décliner, soit la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, le Bas-Saint-Laurent, la Côte-Nord et le Saguenay-Lac-Saint-Jean (ISQ, 2014). 

L’étude de St-Vincent Villeneuve s’inscrit dans le prolongement des recherches sur l’immigration dans des zones à faible densité de population et sur la régionalisation de l’immigration. Il vise à explorer le rôle des institutions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine dans le processus d’attraction, d’intégration et de rétention des immigrants, plus spécifiquement auprès d’un groupe de diplômés de l’île de La Réunion. Pour ce faire, l’auteure a réalisé des entretiens semi-dirigés avec 16 diplômés de La Réunion et 8 représentants des institutions dans l’Est du Québec.

Image : Pixabay

Entente avec le Conseil régional Région Réunion

Dans les années 2000, le gouvernement du Québec a créé une initiative concrète pour favoriser la venue d’immigrants en région. Des ententes ont été signées entre le gouvernement, des cégeps et le Conseil régional Région Réunion afin de permettre à de jeunes adultes de La Réunion d’étudier, mais aussi de vivre au Québec.

Dans le cadre de ce partenariat, les Réunionnais peuvent choisir un programme collégial technique situé dans une région hors des grands centres. L’objectif est qu’ils étudient et s’établissent au Québec puisque comme le rapporte St-Vincent Villeneuve, à La Réunion, les 15-24 ans font face à un taux de chômage qui avoisine les 60 %.

Le rôle du cégep 

Les étudiants réunionnais vivent au moins trois ans entre les murs du cégep, le temps de leurs études collégiales. C’est donc pendant cette trajectoire qu’ils apprivoisent le Québec et leur nouvelle ville. 

Les entrevues réalisées ont montré que le corps enseignant du cégep, le responsable des étudiants internationaux et l’employé du Conseil régional Région Réunion font régulièrement des suivis auprès des étudiants pour vérifier leurs résultats scolaires. Si les notes baissent, un plan de réussite scolaire sera mis en place. La gestion des finances, la gestion de l’agenda, le bien-être et la santé sont aussi abordés lors de ces rencontres. Les cégeps organisent également des ateliers de préparation à l’hiver, afin que les étudiants internationaux s’équipent adéquatement.

Selon les Réunionnais qui ont participé à l’étude, les stages sont une formule qui leur permet de vivre une expérience professionnelle au Québec, de vérifier s’ils aiment réellement la matière qu’ils étudient et s’ils se projettent dans ce type d’emploi après leurs études. De plus, les Réunionnais qui font des stages se font connaître des employeurs québécois locaux, améliorant leur chance d’obtenir un emploi après leurs études.

Le passage au cégep permet aux Réunionnais de rencontrer des étudiants qui ont des intérêts semblables aux leurs, de construire des liens dans cette période cruciale qu’est l’entrée dans la vie adulte et de découvrir le fonctionnement de la société québécoise.

Une intégration graduelle

Les Réunionnais rencontrés expliquent qu’ils vivent progressivement leur intégration. Ils affirment qu’ils se sont sentis intégrés entre six mois à un an et demi après leur arrivée. Il y aurait trois étapes à cette intégration et chacune d’elle correspondrait à une année d’étude :

  • la première est celle de la découverte et des incertitudes;
  • la deuxième est celle de la construction de repères;
  • la troisième est celle qui est décisive dans le choix de rester ou non.

Au cours de la première année, l’encadrement offert par le cégep permet aux étudiants de La Réunion de construire une base sociale et une base académique. Plusieurs rencontres ont lieu avec des tuteurs et des aides pédagogiques. Un bon nombre d’activités parascolaires sont offertes au cégep, comme des équipes sportives. Le cégep encourage aussi les étudiants à faire du bénévolat.

En somme, les cégeps jouent un rôle auprès des immigrants dans le processus d’intégration et de rétention, dont les facteurs sont l’accès à l’emploi, la création du réseau social, l’accès au logement, l’ouverture de la communauté d’accueil et dans les choix des Réunionnais.


St-Vincent Villeneuve, 2018

Certains représentants des cégeps ont toutefois précisé dans les entrevues que la volonté des gouvernements de régionaliser l’immigration n’est pas assez ferme et que les régions manquent de moyens pour garder les diplômés.

St-Vincent Villeneuve, Catherine (2018). Le rôle des institutions dans le processus d’intégration et de rétention des diplômés de La Réunion à Gaspé et à Rimouski. Mémoire. Rimouski, Québec, Université du Québec à Rimouski, Département sociétés, territoires et développement, 310 p.

Mots-clés: - - -

© 2019 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés