RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

Des données sur l’internationalisation des universités canadiennes

26 décembre 2014 Universitaire

Afin de mieux connaître les façons dont les universités canadiennes s’ouvrent sur le monde l’Association des universités et collèges du Canada (AUCC) a mené un sondage auprès des chefs d’établissement de 97 universités et collèges universitaires publics et privés au cours du printemps et de l’été 2014.

L’Association des universités et collèges du Canada a dévoilé les résultats d’un sondage sur le degré de participation et l’intérêt des universités pour l’internationalisation, une mise à jour des données récoltées en 2006 sur le même sujet. Voici quelques éléments soulignés dans le rapport 2014:

  • 96 % des universités canadiennes incluent l’internationalisation dans leur plan stratégique et plus de 80 % la situent parmi leurs cinq priorités en matière de planification.
  • 89 % des universités affirment que l’internationalisation sur leur campus s’est intensifiée au cours des trois dernières années.
  • 81 % des universités canadiennes offrent des programmes d’enseignement collaboratifs avec des partenaires étrangers. 63 % des établissements qui offrent ces programmes offrent aussi des programmes d’études doubles et 45 % d’entre eux offrent des programmes d’études conjoints.
  • 86 % des universités canadiennes définissent des priorités géographiques pour leurs activités internationales et ont comme principaux pays partenaires la Chine, le Brésil, l’Inde, les États-Unis, la France, le Mexique et l’Allemagne.
  • Les étudiants préfèrent les destinations classiques que représentent les pays anglophones et les grands pays de l’Europe occidentale comme le Royaume-Uni, l’Australie, la France et l’Allemagne.
  • En 2014, environ 89 000 étudiants étrangers étaient inscrits à temps plein au premier cycle sur les campus canadiens (soit environ 11 % de l’ensemble des étudiants à temps plein au premier cycle) et 44 000 étudiants étrangers étaient inscrits à temps plein aux cycles supérieurs (soit presque 28 % de tous les étudiants aux cycles supérieurs).

Le sondage propose aussi quelques points à améliorer en matière d’internationalisation:

  • Malgré les efforts des universités, la mobilité des étudiants canadiens reste faible : à peine plus de  3 % des étudiants à temps plein au premier cycle ont vécu une expérience à l’étranger en 2012-2013.
  • 83 % des universités canadiennes affirment que le manque de possibilités de financement et les différences dans les cycles de financement des pays seraient les principaux obstacles à la collaboration internationale en matière de recherche.

Vous pouvez lire le rapport complet Les universités canadiennes dans le monde – Enquête de l’AUCC sur l’internationalisation.

Mots-clés: - - -

© 2019 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés