RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

Points de vue d’enseignants sur le soutien à la « clientèle émergente »

12 janvier 2015 Collégial et universitaire

Le mémoire de maitrise de Marie-Christine Dion, de l’Université du Québec à Chicoutimi, nous rappelle que de plus en plus d’étudiants ayant des besoins particuliers accèdent aux études postsecondaires, ces étudiants qui vivent avec un diagnostic de trouble d’apprentissage de l’ordre de la dyslexie, de la dysorthographie ou de la dyscalculie, un diagnostic de trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité ou encore un diagnostic de trouble de santé mentale se retrouvent de plus en plus nombreux sur les bancs d’école.

Il s’agit certes d’un défi pour les étudiants, la mise en place de mesures d’accommodement est d’ailleurs considérée comme étant des facilitateurs de la réussite scolaire de ces étudiants aux études postsecondaires. Cette nouvelle réalité exige souvent la présence du soutien et de l’encadrement par des professionnels et par les enseignants.

Le mémoire de maitrise Marie-Christine Dion porte sur les Représentations sociales des enseignantes et des enseignants des secteurs collégial et universitaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean quant au soutien et à l’encadrement de la «clientèle émergente». Son rapport s’intéresse aux points de vue, aux attentes, aux besoins et aux différents défis que les enseignants à ont relever quant au soutien et à l’encadrement qu’ils doivent dorénavant apporter à ces étudiants.

La question de recherche, soit Quelles sont les représentations sociales des enseignantes et enseignants du secteur postsecondaire de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean quant au soutien et à l’encadrement de la « clientèle émergente »? a permis de poursuivre les objectifs suivants:

  1. Identifier les représentations sociales quant au soutien et à l’encadrement de la « clientèle émergente » des enseignantes et enseignants du secteur postsecondaire de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
  2. Dégager les éléments facilitateurs et les obstacles qui émergent de ces représentations quant au soutien et à l’encadrement de la « clientèle émergente » au niveau postsecondaire au Saguenay-Lac-Saint-Jean.
  3. Identifier les besoins et les défis engendrés par la présence de ces étudiants afin de dégager des pistes de solution permettant d’accompagner les enseignantes et les enseignants du secteur collégial et universitaire au Saguenay-Lac-Saint-Jean dans leurs rôles de soutien et d’encadrement de la « clientèle émergente ».

Un questionnaire (88 répondants) portant sur les représentations sociales des enseignantes et des enseignants de niveau postsecondaire au Saguenay Lac-Saint-Jean ainsi que des entretiens semi-directifs (10 participants) ont permis à Dion de corroborer certains éléments :

  • Les enseignantes et les enseignants de l’étude ont généralement une assez bonne connaissance des troubles d’apprentissage (dyslexie, dysorthographie, dyscalculie) et des troubles déficitaires de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H)
  • Aucun sentiment d’inconfort particulier n’est identifié ou ressentis par les membres du corps professoral de la présente étude lorsque ces derniers se trouvent en présence d’un étudiant qui a un TA ou un TDA/H. Par contre, les étudiants qui ont un trouble de santé mentale génèrent un malaise, de la peur ou de l’inquiétude en raison d’une méconnaissance du diagnostic et du peu d’expérience de travail avec ce type de clientèle.
  • Le département ou le programme d’appartenance des enseignants influence grandement leur niveau de confort par rapport à la clientèle (traditionnelle ou émergente ): les enseignants qui travaillent dans des programmes ou dans des départements qui offrent des cours généraux préuniversitaires ou dans des programmes en lien avec la science, le génie ou la physique ont dit se sentir plus confortables face aux étudiants faisant partie de la « clientèle traditionnelle » que ceux qui travaillent dans des départements ou des programmes d’administration mathématique, dans des départements ou des programmes humains ou en lien avec la santé ou dans des départements ou des programmes de communication et de multimédia.
  • Le sexe des répondants influence les réactions lors de situation qui concernent des étudiants faisant partie de la « clientèle émergente». En effet, les femmes ont généralement plus tendance à faire appel aux différents intervenants des Services adaptés (ou du Service d’accueil et de soutien aux étudiants en situation de handicap) dans cette situation. Les hommes ont quant à eux tendance à consulter leurs collègues de travail, à rencontrer directement l’étudiant ou à chercher personnellement plus d’informations sur le diagnostic de l’étudiant.
  • Selon certains enseignants, les chances de placement de ces étudiants ne seraient probablement pas les mêmes que celles des étudiants sans diagnostic. Toutefois,  des études témoignent que des diplômés avec besoins particuliers des programmes d’études techniques qui occupaient à 81 % un emploi qui était relié de près ou partiellement relié à leur champ d’études comparativement à 90% des diplômés sans besoins particuliers. La perception des enseignants interrogés sur l’avenir professionnel des étudiants faisant partie de la « clientèle émergente » est donc erronée et il importe d’en arriver à défaire ce stéréotype.

Le rapport de recherche souligne que les enseignants estiment avoir un rôle à jouer dans l’intégration et la réussite des étudiants ayant des besoins particuliers:

(…) Il ressort clairement des résultats obtenus lors des deux phases de collecte de données que même si plus de 70 % des répondants au questionnaire trouve difficile de définir les nouveaux rôles qu’ils doivent jouer quant au soutien et à l’encadrement de la « clientèle émergente», la grande majorité des membres du corps professoral ayant participé à l’ensemble de l’étude soutiennent qu’il est bel et bien dans leur rôle de soutenir et d’encadrer la « clientèle émergente», et ce, au même titre que les autres étudiants sans diagnostic.

Toutefois, « la grande majorité des répondants aux questionnaires et des participants aux entretiens précise que le soutien et l’encadrement apportés à ces étudiants ne doivent pas nuire au soutien et à l’encadrement des autres étudiants», dénotant un souci d’équité très présent chez les enseignants interrogés.

Les résultats présentés sont sensiblement les mêmes que ceux qu’on retrouvait déjà dans la littérature, il n’en demeure pas moins que des pistes intéressantes se dégagent du rapport, soit:

  • La qualité de la relation entre le corps professoral et les intervenants des Services adaptés, le fait que les étudiants soient autonomes et se prennent en main et la pertinence de la présence d’une personne dédiée à l’aide pédagogique à l’apprentissage (APA) au sein de l’établissement d’enseignement sont trois nouveaux éléments facilitateurs au travail quotidien des enseignantes et des enseignants à prendre en considération.
  • Cette recherche a établi un lien réel entre certains départements ou programmes d’étude et le sentiment de confort des enseignants y travaillant et la présence de la « clientèle émergente ».
  • Comparativement à d’autres études qui relataient le fait que moins de la moitié des enseignants jugeait les accommodements accordés aux étudiants en situation de handicap comme réellement aidants et équitables, c’est la totalité des dix participants aux entretiens qui considère que les principaux accommodements accordés aux étudiants sont véritablement aidants et généralement équitables envers les autres étudiants qui n’en bénéficient pas.

Mots-clés: - - - -

© 2019 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés