RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

Analyse de la trajectoire d’adultes ayant présenté des troubles de comportements extériorisés

29 janvier 2015 Collégial et universitaire

Émilie Proteau-Dupont, étudiante à la maitrise de l’Université de Montréal, a déposé son mémoire sur les facteurs de persévérance scolaire et d’insertion professionnelle d’adultes ayant présenté des troubles de comportements extériorisés durant leurs études secondaires.

Le document intitulé Les facteurs de persévérance scolaire et d’insertion professionnelle d’adultes ayant présenté des troubles de comportements extériorisés durant leurs études secondaires propose une analyse sociologique des facteurs de persévérance scolaire et d’insertion professionnelle d’adultes ayant présenté des troubles de comportements extériorisés durant leurs études secondaires.

Il porte sur  une catégorie d’élèves handicapés en difficulté d’apprentissage ou d’adaptation (EHDAA) et vise à répondre à 3 questions:

  • Quel rôle joue cette fraction du capital social que représente le soutien familial dans la persévérance des enquêtés?
  • Comment se négocie la situation voulant d’une part que l’on possède un capital de départ favorable à la poursuite des études et d’autre part, que l’on appartienne à un groupe de pairs ne valorisant pas l’engagement dans les études ?
  • Dans quelle mesure les services institutionnels permettent-ils à certains individus d’actualiser un capital de départ « positif » et de favoriser leur intégration scolaire ou professionnelle même s’ils ont franchi les étapes différemment du scénario temporel normatif ?

Le mémoire repose sur l’analyse d’entretiens biographiques de 2 individus. L’analyse de leur trajectoire démontre que leur insertion sociale s’est formée grâce à l’ « interconnaissance » et l’ « interreconnaissance » de différents types de capital tel qu’entendu par Pierre Bourdieu. Des tendances furent dégagées quant à la manière dont sont mobilisés leur capital social et leur capital culturel pour favoriser leur persévérance scolaire à travers leur récit biographique; à savoir :

  1. Le développement d’un réseau d’interconnaissances et « d’interreconnaissances » diversifié.
  2. La mobilisation d’un capital culturel institutionnalisé basé sur des intérêts parascolaires pour l’insertion scolaire ou professionnelle.
  3. La mobilisation d’un capital culturel institutionnalisé basé sur les expériences professionnelles pour l’insertion scolaire postsecondaire.
  4. La mobilisation d’un capital culturel incorporé par l’intériorisation des symboles de réussite valorisés par la mère durant l’enfance.

Source(s)

Mots-clés:

© 2019 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés