RSS Linkedin Youtube
Ouvrir le menu

Partagez cet article

Un portrait des étudiants de première génération

15 septembre 2015 Collégial et universitaire

Réalisé conjointement avec l’Université du Québec, ce portrait est issu de l’analyse des données de trois enquêtes québécoises visant des étudiants au secondaire, au collège et à l’université.

L’étude Portrait socioéducationnel des étudiants de première génération a été réalisée pour soutenir les travaux de la communauté de pratique du Projet interordres sur l’accès et la persévérance aux études supérieures des étudiants de première génération. Regroupant neuf établissements collégiaux et universitaires des régions de l’Abitibi-Témiscamingue, du Bas-St-Laurent et du Saguenay–Lac-St-Jean, cette communauté de pratique travaille à la création d’un modèle d’intervention qui permettra aux établissements d’enseignement d’améliorer leurs collaborations dans l’accompagnement des étudiants de première génération tout au long de leur parcours de formation : de l’accès jusqu’à la réussite.

Résumé de l’étude 

Dans la littérature, les étudiants de première génération (EPG) sont désignés comme des étudiants issus de familles dites à faible capital scolaire et faisant partie des groupes sous-représentés aux études supérieures. Parmi ces groupes, on retrouve également les Autochtones, les familles à faible revenu et les personnes en situation de handicap. La recherche démontre que ces groupes font face à des obstacles communs qui peuvent les détourner d’un projet d’études supérieures ou retarder le moment où ils y accéderont, tout en les plaçant dans des conditions d’études plus difficiles.

Les faits saillants

Les faits saillants présentés dans ce portrait font ressortir la transformation du profil des EPG au fil du parcours scolaire.

Ce portait confirme l’importance d’intervenir sur le plan de la valorisation des études supérieures le plus tôt possible dans ce parcours. Puisque plusieurs élèves au secondaire ne peuvent s’appuyer sur le modèle familial pour définir leur projet d’études, il apparaît nécessaire de leur donner la chance de s’inspirer d’autres modèles signifiants.

Considérant les conditions d’études plus difficiles des EPG au collège et à l’université, d’autres actions peuvent être mises en place afin de s’assurer que les services de soutien disponibles dans les établissements d’enseignement tiennent compte de leur réalité distincte et qu’ils soient sensibles à leurs besoins.

Source(s)

Mots-clés: - -

© 2019 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés