Ouvrir le menu
31 mai 2016 Collégial

Partagez cet article

La connaissance des stratégies d’apprentissage chez les collégiens

Les résultats supportent les conclusions d’études précédentes et mettent en lumière deux stratégies d’apprentissage négligés par les étudiants : la récupération et l’espacement.

En 2009, Hattie proposait six grandes catégories regroupant les facteurs influençant la performance académique. Un modèle qui permet notamment de regrouper  la contribution de l’étudiant, du foyer familial, du milieu scolaire, du curriculum et de l’approche pédagogique.

La volonté de dresser un portrait des stratégies d’étude qu’utilisent les étudiants est aussi à l’origine de cette recherche intitulée La connaissance des stratégies d’apprentissage chez les collégiens. Publié en 2015 par l’Association des collèges privés du Québec (ACPQ), ce document analyse la manière dont les collégiens gèrent leur apprentissage et leurs croyances en ce qui a trait à l’efficacité relative de ces dernières.

Mathieu Gagnon, enseignant et chercheur en psychologie éducationnelle, a utilisé un sondage Web auprès de 1438 répondants, dans 10 régions du Québec. Une méthode utilisée par plusieurs chercheurs auprès de populations américaines universitaires.

La récupération

« La stratégie de récupération fait référence à différentes manières d’étudier pour lesquels l’apprenant doit utiliser sa mémoire afin de régénérer l’information apprise. »

Les résultats démontrent que les étudiants ont tendance à négliger la pratique de récupération, seulement 26% d’entres-eux mentionnaient utiliser cette stratégie. En comparant avec les résultats concernant la relecture, on observe que même si une bonne proportion des collégiens croit qu’un examen pratique est plus efficace que la relecture, ils se comportement tout de même comme si la relecture était un choix préférable.

L’espacement

« L’horaire des collégiens est caractérisé par des situations pressantes plutôt que par un plan d’apprentissage préétabli. »

À la question : « Comment organiseriez-vous votre étude pour la lecture de quatre chapitres? », 43% répondirent qu’ils concentreraient leur étude sur une seule période. Le chercheur recommande de distribuer les périodes d’étude sur une période plus longue.

Des croyances néfastes à l’apprentissage

Le document présente des mythes qui ont un impact négatif sur la performance des étudiants :

  • Intelligence : Selon une croyance populaire, certaines personnes sont douées d’une facilité pour certaines matières scolaires (ex : la bosse des mathématiques), alors que d’autres n’ont pas cette chance. Les étudiants accorderaient trop d’importance aux différences innées sur la performance scolaire. Le rôle du talent inné est infime comparativement à celui de l’effort au travail, de la préparation et de la confiance en soi.
  • Lieux d’étude : La mémoire est contextuelle. Par conséquent, varier les lieux d’étude aurait un impact significatif sur la mémorisation à long terme. Les endroits et les activités qui stimulent la récupération en mémoire des concepts appris sont de mise afin de consolider les apprentissages.

2- Enseignement et apprentissage

© 2017 CAPRES all rights reserved / tous droits réservés

Dompteurs de souris